Cheveux clairsemés : quelles solutions pour retrouver de la masse capillaire ?

Vous avez la sensation que votre chevelure s’est appauvrie avec les années, que vos cheveux sont affinés ? Ce n’est pas une illusion et, surtout, vous n’êtes pas seule. Il suffit pour vous en convaincre de bien regarder les personnalités médiatiques de plus de 45 ans, qui ont pourtant à leur disposition les meilleurs coiffeurs, produits et artifices qui existent : beaucoup ont bien moins de cheveux que lorsqu’elles en avaient 20.

On pourrait citer Eva Herzigova, Kate Moss, Diane Kruger, Gillian Anderson. Dans son nouveau salon du Bon Marché Rive Gauche, le coiffeur Sébastien Besnier en fait le constat tous les jours : « Six clientes sur dix ont une perte de matière. Ça commence de plus en plus jeune et de manière de plus en plus significative. » La diminution de la masse capillaire est une réalité et c’est là le véritable vieillissement du cheveu. « On croit toujours qu’il s’agit du blanchiment mais c’est bien plus l’appauvrissement de la chevelure », commente Olivier Lebrun, coiffeur studio et fondateur du salon Olab Paris.

Si on a intégré que la peau se ridait et perdait sa fermeté au niveau du visage et du corps, on a tendance à faire l’impasse sur ce qui se passe sur notre tête. « Le scalp vieillit lui aussi et la vascularisation diminue. On constate qu’avec l’âge, les cheveux poussent plus fins, qu’entre la chute d’un cheveu et la pousse d’un nouveau, il s’écoule plus de temps et que la nature du cheveu change, il devient plus mou, ce qui impacte aussi le volume en racine », détaille Virginie Turlier, responsable du développement clinique des produits capillaires Ducray.

La période charnière se situe bien au tournant de la ménopause. « Avec la chute des œstrogènes, les hormones masculines ont plus d’influence, elles favorisent notamment la chute des cheveux, qui se présente chez les femmes de manière très diffuse », poursuit la spécialiste. C’est plus ou moins marqué selon les personnes, et d’autres facteurs peuvent intervenir, comme le régime alimentaire. « De nombreuses femmes ont honte de parler de chute et de perte de densité. Pourquoi ? On n’a pourtant pas honte de parler rides et d’utiliser des tas de produits pour les prévenir et les traiter », constate Caroline Bottigliero, chef de projet marketing Kérastase. On devrait avoir la même démarche pour sa chevelure et ça commence par prendre soin de l’équilibre de son cuir chevelu, le plus tôt possible.

Source: Lire L’Article Complet