Inès Reg et son mari Kevin Debonne dévoilent leurs secrets de couple et de beauté

Il y a un an, l’humoriste Inès Reg créait le buzz avec une vidéo devenue virale dans laquelle elle demandait à son compagnon Kevin Debonne de mettre des paillettes dans sa vie. Alors que leur premier film Je te veux moi non plus vient de sortir sur la plateforme Amazone Prime, les deux humoristes nous ont parlé d’humour, d’amour et de beauté !

A propos de


  1. Inès Reg


  2. Kevin Debonne

Ils se sont rencontrés il y a dix ans et ont d’abord été les meilleurs amis du monde avant de céder aux sirènes de l’amour quatre ans plus tard, lors de vacances mémorables à Biarritz. C’est (en grande partie) leur histoire qu’Inès Reg et Kevin Debonne ont mis en scène dans leur premier film, Je te veux moi non plus, diffusé sur Amazon Prime depuis le 26 mars et qui caracole en tête des films les plus vus sur la plateforme.

Il y a un mois, nous avons demandé aux deux amoureux de prendre la pose pour Gala, l’espace d’une journée. Direction l’Hôtel de Crillon à Paris, plus précisément au 7e étage, dans la suite Ateliers d’artiste où Inès et Kevin ont joué les mannequins d’un jour, l’espace d’une journée enchantée. Rencontre exclusive avec un couple aussi drôle à la ville que sur scène.

“J’avais un monosourcil, ma mère me disait d’attendre”

GALA : Inès, votre mère vous a-t-elle transmis des gestes de beauté ?

Inès Reg : L’épilation des sourcils, mon obsession, ça définit les contours et les expressions du visage ! Quand j’étais en 5ème, je voulais déjà m’épiler car j’avais un monosourcil, ma mère me disait d’attendre. Elle avait raison. Aujourd’hui, lorsque je vais chez l’esthéticienne, je me poste devant Kevin à mon retour et lui dis : alors ? Il me répond qu’il ne voit rien. Ça me rend dingue ! Ma mère se maquillait peu, en revanche elle tenait à ce que l’on se nettoie bien le visage avant de l’hydrater afin de préserver notre peau au maximum. Et elle nous interdisait les colorations de cheveux. Résultat, aujourd’hui, à 28 ans, je me maquille très peu.

Kevin Debonne : Chez moi, c’est plus terre à terre. Ma grand-mère et ma mère me disaient de porter des chaussettes et des caleçons sans trous ! « On ne sait jamais, si tu as un accident… » Et brossage des dents obligatoire ainsi que de la crème Nivea pour le visage.

“Dans la salle de bains, Kevin se croit dans une pub L’Oréal !”

GALA : Avez-vous une routine beauté, seul(e) ou à deux ?

I.R. : Dans la salle de bains, Kevin attend que j’aie fait mon lissage pour passer devant moi, se brosser les dents, se coiffer et me mettre de l’eau sur les cheveux (elle éclate de rire). Il se croit dans une pub L’Oréal !

K.D. : On a donc installé un deuxième miroir.

I.R. : Trêve de plaisanterie : notre vraie routine beauté au quotidien est que Kevin s’assoie sur la machine à laver pendant que je me douche pour discuter. Comme ça, vous savez tout de notre vie ! Et ma deuxième obsession après les soucis, mes cernes. J’applique donc la Crème Embryolisse Éclat du Regard et je me masse le contour des yeux avec un roller en quartz.

GALA : Quel parfum portez-vous ?

K.D. : J’ai un parfum madeleine de Proust : l’eau de toilette Fahrenheit de Dior. Mon frère de dix ans mon aîné le portait lorsqu’il se préparait pour un rendez-vous galant quand il avait 16 ans. Quand j’ai eu son âge, je le portais chaque fois que je voulais séduire une fille. Et celui qui me porte bonheur, Blue Spirit de Zara : je l’avais acheté en catastrophe l’été décisif où elle est venue me rejoindre à Biarritz et que nous sommes sortis ensemble.

I.R. : Chaque fois qu’il le porte, ça me rappelle cette époque : mes plus belles vacances et mon coup de foudre.

K.D. : J’avoue, quand elle est de mauvaise humeur, je m’en asperge…

I.R. : Moi je porte un parfum créé par ma sœur chez Jo Malone. Et mon parfum madeleine de Proust c’est l’odeur du poulet grillé que ma grand-mère préparait le dimanche midi. J’ai les larmes aux yeux quand je sens cette odeur qui représente la sécurité et l’amour selon moi…

GALA : Inès, que faites-vous pour séduire Kevin ?

I.R. : Je me fais la bouche rouge, exclusivement avec des rouges à lèvres Chanel et Dior s’il vous plaît ! Ça marche à tous les coups !

“Du sport ? Non, mais on en parle beaucoup !”

GALA : Vous avez perdu du poids grâce à la méthode Abura. Vous pouvez nous en parler, Inès ?

I.R. : Plus qu’un régime, c’est un rééquilibrage alimentaire. À force d’être en tournée et de mal me nourrir, j’ai pris beaucoup de poids ces dernières années, quand j’ai atteint les 76 kilos (pour 1m50 !), j’ai dit stop. Grâce à cette méthode, j’ai réappris à manger et j’ai éliminé le sucre. En trois mois, j’ai perdu 15 kilos et aujourd’hui je suis stable. De plus, je dors moins, mieux et je me sens en pleine forme.

GALA : Faites-vous du sport ?

K.D. : Non, mais on en parle beaucoup !

I.R. : On fait des promenades quand même « mon cœur »…

GALA : Inès, vous avez fait récemment un live sur Insta avec la marque américaine Benefit

I.R. : Oui, pour leur nouveau mascara aimanté. Cette marque, c’est toute ma jeunesse car ma mère et ma sœur étaient folles de ces produits et elles m’interdisaient de leur piquer. J’étais très fière d’avoir été contactée par Benefit. Depuis, je les persécute pour devenir leur égérie !

GALA : Vous portez souvent du vernis à ongles…

K.D. : Elle passe son temps chez l’esthéticienne ! Elle se fait faire une manucure avec du vernis semi-permanent censé tenir trois semaines, au bout d’une semaine, elle doit y retourner car elle se gratte les ongles quand elle regarde un film qui la stresse.

I.R. : Je reconnais « mon cœur », ça n’est pas bien mais j’assume ! Le vernis allonge mes mains et ça fait femme. Aller souvent en institut me permet de changer de couleur… et ça me détend.

Retrouvez l’intégralité de notre entretien croisé avec Inès Reg et Kevin Debonne dans le magazine Gala en kiosque ce 1er avril

Crédits photos : @lousarda

Autour de

Source: Lire L’Article Complet