Les conseils pour réussir son makeup de printemps

Au printemps, le maquillage se veut transparent et naturel. C’est pourquoi il est essentiel de bien prendre soin de sa peau avant de sortir le moindre pinceau. Une lotion nettoyante, un sérum et une crème de jour adaptés à son type de peau : c’est le minimum pour une peau bien hydratée, avec moins d’imperfections à corriger et plus de zones à faire rayonner.

Une fois la peau prête à être maquillée, il ne reste plus qu’à suivre les conseils avisés d’Elyse Reneau, Directrice Exécutive Beauté chez Too Faced, pour se concocter un makeup frais et léger, idéal pour les douces journées de printemps.

On mise sur un teint naturel 

Après le teint « camouflage » et les textures couvrantes de l’hiver, la peau respire de nouveau et se pare d’un léger voile de fond de teint. Selon son type de peau, on mise sur un produit bien adapté. En cas de peau sèche, les sérums teintés sont de bonnes options car leur texture est légère mais gorgée d’actifs hydratants qui adoucissent la peau tout en floutant les petites imperfections. Ces produits « traitants » conviennent aussi parfaitement aux épidermes déjà marqués par des rides et ridules. Si la peau est grasse, on mise plutôt sur des textures matifiantes comme des fonds de teint en poudre, particulièrement agréables à porter lorsque les températures s’adoucissent.

Petit conseil : quand la peau présente peu d’imperfections, on se contente d’appliquer le produit de teint uniquement sur les zones à corriger. Résultat ? Un teint plus uniforme et une texture de peau qui reste la plus naturelle possible.

On laisse entrer le soleil sur la peau

Envie d’un petit effet « teint ensoleillé » ? Bonne idée, le printemps est la saison idéale pour réchauffer subtilement son teint. Peau normale à sèche, on peaufine son maquillage avec un fini « glowy ». Pour ce faire, on apporte une petite touche de lumière à l’aide d’un enlumineur liquide, que l’on applique sur les zones stratégiques du visage, à savoir les pommettes, l’arrête du nez et l’arc de Cupidon. On estompe ensuite du bout des doigts (bien propres) pour obtenir un joli fondu naturel.

Peau mixte à grasse ? On feint un visage déjà légèrement hâlé en se munissant d’une poudre de soleil mate, l’alliée bonne mine par excellence. Pour l’appliquer sans trop prendre de risque, rien de tel que l’incontournable méthode du 3. Le principe : on dessine le fameux chiffre sur son visage en partant du côté extérieur du front pour descendre au milieu des joues, puis jusqu’au menton. À la clé : un teint réchauffé en quelques secondes, comme après un weekend en bord de mer. 

« Une fois le teint travaillé, on n’oublie pas de sceller le tout avec un spray fixateur enrichi en actifs hydratants, qui permettra d’arborer une peau fraîche et éclatante de santé pendant de longues heures », recommande Elyse Reneau.

On fait pétiller son regard

Si le teint se la joue discret, le regard, lui, se veut un peu plus audacieux. Fini l’hibernation : les teintes foncées laissent place à des nuances plus douces et plus joyeuses. La couleur printanière à privilégier selon notre professionnelle ? Le lilas, qui présente l’avantage de se marier avec tous les yeux et toutes les carnations. “En version fard à paupières irisé, il apporte un côté scintillant qui capte la lumière et réveille illico le regard”, ajoute t-elle. Selon les goûts et les circonstances, on peut choisir de l’adopter en aplat sur toute la paupière mobile ou estompé au ras des cils. 

Si l’on n’a pas l’habitude de maquiller ses yeux, une option plus “soft” pour faire pétiller son regard consiste à mettre une petite pointe de doré en coin interne de l’œil. Un geste simple mais efficace pour apporter de la lumière !

Pour finir, on dépose quelques touches de mascara sur ses cils et on travaille ses sourcils avec un produit teinté pour les intensifier ou un simple goupillon pour mieux les discipliner.

On prend de jolies couleurs grâce au blush 

Le printemps est incontestablement la saison du blush. “Les blushs rose sont une valeur sûre pour apporter de jolies couleurs au teint”, assure Elyse Reneau. Selon son type de peau, on adopte la texture adéquate : un blush crème, liquide ou en stick si la peau est sèche, et un blush poudre si la poudre est grasse. En fonction de la couleur du teint, la nuance de rose idéal change aussi : on opte pour un bois de rose si le teint est clair, un rose orangé si le teint est mat, et un rose fuchsia si le teint est plus foncé. 

Une précision toutefois : quand la peau est sujette aux rougeurs, mieux vaut éviter les blushs rosés qui peuvent intensifier les flushs. On se tourne plutôt vers des teintes pêche (peau claire), abricot (peau mate) ou orangés (peau foncée).

Concernant l’application, gare à ne pas avoir la main trop lourde ! Le blush se pose avec légèreté sur les pommettes, “mais aussi sur l’arête du nez en estompant au maximum pour une apparence plus candide”, suggère notre experte. 

On fait briller ses lèvres 

“Le printemps est la saison des lèvres “juicy” et pulpeuses”, affirme Elyse Reneau. Pour ce faire, on laisse les rouges à lèvres mats en hiver et on nappe ses lèvres de textures baume qui maintiennent la bouche bien hydratée et donc bien rebondie. 

Envie d’aller un cran plus loin ? Les nouveaux gloss et huiles à lèvres sont de bons outils pour adoucir les lèvres tout en créant une jolie illusion de volume. Version transparente ou colorée, ils remplacent nos tubes de rouges à lèvres au printemps. Le point final d’un maquillage élégant et naturel, tout en transparence.

Source: Lire L’Article Complet