Variations hormonales, qualité de la peau… tout savoir sur la ménopause

Peau ramollo, bouffées de chaleur, chute de cheveux, baisse de la libido… pour couper court aux idées reçues et libérer la parole autour d’un sujet trop souvent tu, des experts nous aident à démêler le vrai du faux.

Du Grec, meno (règles) et pause (arrêt), la ménopause, si elle correspond à la fin de l’activité ovarienne, n’est ni une maladie ni une simple série d’inconforts. Ce « stop » hormonal signifie que la femme, autour de 50 ans, entame un nouveau cycle – tant sur le plan biologique que psychologique, qui va représenter 1/3 de sa vie.

« Longtemps, on a associé cette période et le fait de ne plus pouvoir concevoir d’enfant à des notions stigmatisantes comme la vieillesse, le renoncement (professionnel et social), la perte de féminité, le désordre émotionnel, la prise de pouvoir des hormones sur le corps et le mental… », remarque Sophie Kune, fondatrice du compte Instagram @menopause.stories. En Asie, le regard est différent et l’on parle plutôt de mise en veille de l’organisme pour une meilleure énergie vitale. « C’est comme un deuxième printemps », souligne Lanqi, à la tête des spas de massages traditionnels chinois. Une pensée positive à adopter d’urgence pour faire évoluer les mentalités et coller aux nouveaux modes de vie. Explications.

1/ Trouver des informations sur le sujet est compliqué

FAUX « Même si 1 femme ménopausée sur 2 déclare ne pas être suffisamment éclairée sur le sujet, il y a depuis quelques temps de plus en plus de relais pour en parler », souligne le Pr. Florence Trémollières, Endocrinologue & Gynécologue. Des centres de consultations médicales pluridisciplinaires dédiés, comme celui qu’elle dirige à Toulouse, ou encore le Groupe d’Études sur la Ménopause et le Vieillissement (GEMVI*) composé d’un comité scientifique qu’elle préside, ont pour mission de recevoir et d’orienter les femmes, et faire le lien entre les professionnels de santé, les Pouvoirs Publics et les médias (gemvi.org. Tél : 02 40 95 84 41). Partenaire des Laboratoires Vichy, le groupe a lancé « un guide d’accompagnement hygiéno-diététique et dermocosmétique » pour aider les médecins à « entretenir le dialogue » avec leurs patientes. Engagée depuis plus de 30 ans pour apporter des solutions cosmétiques aux « peaux ménopausées », Vichy propose également des podcasts de partage : « [email protected] »** (3 millions d’écoute sur vichy.fr/menopause, Apple podcasts, Deezer, Soundcloud, Spotify, Youtube). « Mon Corps ce Héros »***, le podcast de Clarins, consacre quant à lui sa deuxième saison à la ménopause avec « de l’humour, des témoignages, des conseils de pro et toujours de la bienveillance », explique Sophie Kune, qui en est l’animatrice (clarins.fr/mon-corps-ce-heros-podcast-menopause/ et plateformes d’écoute). A noter : tous les 18 octobre, se tient la Journée Mondiale de la Ménopause. A suivre, donc !

A lire : SOS Ménopause, Dr. Anna Cabeca, Thierry Souccar Ed., 22€ ; Ménopausée et Libre, Sophie Kune, Éd. Marabout, 19,90€ ; Les Secrets de l’Équilibre Féminin, Valérie Espinasse, Leduc.s Pratique, 17€.

2/ La ménopause, ça veut dire qu’on vieillit

VRAI ET FAUX « Pour toutes les femmes dès 50 ans (l’âge médian), et parfois avant !, la ménopause se caractérise à la fois par l’arrêt des capacités de reproduction et par l’installation d’une carence en œstrogènes et en progestérones », explique le Pr. Florence Trémollières. C’est ce changement hormonal qui va impacter l’organisme et l’état psychologique des femmes plusieurs années durant – entre 7 et 12 ans. « Si ce phénomène physiologique, appelé péri-ménopause, touche toutes les femmes, il est avéré dès 12 mois consécutifs d’aménorrhées (absence de règles) », précise-t-elle. Dès lors, s’installe en fonction de chacune, de ses prédispositions génétiques, de son métabolisme et de son hygiène de vie, des symptômes plus ou moins gênants. C’est pourquoi, il est important de faire un bilan médical pour écarter les facteurs de risque (tabac, alcool, sédentarité…) et détecter les éventuelles pathologies liées et à la chute ostrogénique et plus généralement à l’âge (cancer du sein, des ovaires, de l’endomètre… ostéoporose, maladies cardio-vasculaire…). Ne pas hésiter à consulter aussi en cas de bouffées de chaleur, de problèmes de sommeil, de prise de poids… des troubles qui concernent 80% des femmes. « Si la ménopause est en partie responsable (entre 10 et 20% des cas) du vieillissement global (organes, peau, cheveux…), l’hérédité, les expositions aux UV ou la consommation d’excitants, interviennent pour le reste », remarque le Dr. Valérie Bronsard, Dermatologue et porte-parole A-Derma. Avec l’arrêt de l’activité ovarienne, certes, le corps vieillit… mais pas le mental !

Par ailleurs, certaines femmes peuvent être ménopausées précocement, c’est-à-dire avant 40/45 ans. D’autres connaissent une pré-ménopause au long court. Des syndromes que la médecine a du mal à expliquer : le patrimoine génétique ou encore des « chocs émotionnels » sont avancés, sans études scientifiques solides à l’appui. Il y a toutefois des solutions médicales adaptées à chaque situation. « Ça peut être un traitement hormonal substitutif (THS) pour compenser la perte en œstrogènes et en progestérones, toujours prescrit par un professionnel de santé », conclut le Pr. Florence Trémollières.

3/ Les variations hormonales impactent la qualité de la peau ?

VRAI « La ménopause agit sur le vieillissement global à hauteur de 10 à 20% », constate le Dr. Valérie Bronsard. Le tissu cutané n’y échappe pas. Il va perdre en densité et en fermeté, s’assécher et se rider, présenter des désordres pigmentaires (taches et rougeurs) et devenir parfois sensible et/ou réactif. Conséquences : l’activité des fibroblastes (les ressorts du matelas cutané) est altérée et le renouvellement cellulaire et la micro-circulation ralentis. « Avec moins de collagène, d’élastine et d’acide hyaluronique, le derme perd de son rebond et le visage de son ovale. Au niveau de l’épiderme, c’est l’accumulation de peaux mortes (hyper kératinisation) et une mauvaise oxygénation qui induit un teint terne et parfois de la couperose », ajoute-t-elle. « La recherche scientifique a récemment démontré que ces phénomènes s’accentuaient avec l’âge par une augmentation du cortisol (l’hormone du stress) », ajoute Marion Nielsen, Directrice Scientifique Générale des Laboratoires Vichy.

Autre facteur : en pré-ménopause, l’activité androgénique étant toujours présente et pas « contrebalancée », un excès de sébum peut s’installer avec brillances, boutons, microkystes… voire de l’acné ! « Là, on peut agir avec un traitement médical adapté : THS, antibiotiques, AHA (acides de fruits), rétinol (vitamine A)… », remarque le Dr. Valérie Bronsard. Mais, au quotidien, la cosmétique, et le simple fait de prendre soin de soi aide à réduire les signes du vieillissement. Pour hydrater, unifier et raffermir on misera tout sur l’acide hyaluronique, la vitamine C, l’acide glycolique, le rétinol, les tensio-actifs… sans oublier LA protection UVA/B, meilleur des boucliers anti-âge.

J’achète quoi : Neovadiol Meno 5 Bi-Serum, Vichy, 40€** ; Haute Exigence Nuit Multi-Intensive, Clarins, 101€* ; DermAbsolu Crème Jour Fondamentale, Avène, 38,80€** ; Age Perfect Rituel Raffermissant Remaillant Expert Collagène, L’Oréal Paris, 12,50€*** ; Sisleÿa L’Intégral Anti-Âge Sérum Eclat Anti-Taches, Sisley, 395€* ; Capture Totale Crème Riche, Dior, 106€* ; Anti-Âge Global, Le Concentré Bi-Phase Récupérateur de Nuit, Yves Rocher, 36,95€, yves-rocher.com ; Crème Lifting, Booster Collagène et Elastine, Dr. Pierre Ricaud, 49,90€, ricaud.com ; Excellage Crème-Baume, Esthederm, 99€, esthederm.com ; L’Exfoliant Expert Masque & Gommage Vitamine C, Novexpert, 24,95€**.

4/ Le corps trinque aussi

VRAI & FAUX Si la peau s’affine aussi et peut parfois se friper là où elle est la plus fine (intérieur des cuisses, sous les bras…), avec une activité sébacée ralentie, elle est clairement dénutrie. Certaines zones présentent même des callosités : talons, coudes, genoux… Il faut donc s’hydrater de la tête aux pieds 1 à 2 fois par jour avec des soins riches en émollients (jojoba, karité, argan…) qui restaurent le film hydrolipique et renforcent la barrière cutanée. On réserve une attention toute particulière aux mains qui, exposées et fragiles, se rident et se tachent vite. La routine de rigueur : hydratation et SPF50 à l’année. Enfin, des ingrédients comme le thé vert, la caféine, le ginseng… vont booster la fermeté, tandis que la vigne rouge, le gingembre, le citron… détoxifient et relancent la microcirculation. Et puis, on bouge ! 30 mn par jour selon les recommandations de l’OMS pour s’oxygéner, renforcer sa musculature, tonifier sa peau et préserver son capital osseux.

J’achète quoi : Ménopause Arkéskin, Baume Fondant Tonifiant Corps, Lierac, 29,90€** ; Cicaplast B5 Spray, La Roche Posay, 11,50€** ; Vinosclupt Baume Corps Lift & Fermeté, Caudalie, 25,20€** ; XeraConfort, A-Derma, 10,90€** ; Atoderm Palmakera Mains & Pieds, Bioderma, 14,90€** ; Crème Mains Anti-Taches & Anti-Âge, Eucerin, 13,40€**.

*Skin and Menopause : women’s point of view, juin 2020. **Sondage réalisé par l’institut Kantar pour la MGEN, la Fondation des femmes et le magazine Femme Actuelle, février 2020.

*En parfumeries et grands magasins. **En pharmacies et parapharmacies. ***En grande distribution.

Texte Sonia Peyrieux

Crédits photos : LinkedIn Sales Solutions / Unsplash

Autour de

Source: Lire L’Article Complet