23 juillet 2011 : Le jour où Amy Winehouse est morte d’une overdose d’alcool

Admirée dans le monde entier pour ses talents de musicienne et son style extravagant, la chanteuse à la voix soul est aujourd’hui encore considérée comme l’une des meilleures artistes de sa génération. Malheureusement, les addictions, les troubles alimentaires et les relations toxiques d’Amy Winehouse l’ont fragilisée.

Jusqu’à ce qu’elle décède soudainement le 23 juillet 2011. La jeune artiste de 27 ans est alors au sommet de sa gloire, stoppée brutalement. Retour sur la mort d’une étoile.

Admirée de tous, Amy Winehouse est morte seule

Après des années à chanter avec ses démons et à éblouir le monde entier par sa voix si singulière, Amy Winehouse est décédée le 23 juillet 2011, au 30 Camden Square, à Londres. Sobre depuis trois semaines, la star a replongé dans l’alcool après un concert de sa filleule Dionne Bromgield. Cette nuit-là, elle engloutit trois bouteilles de vodka.

À trois heures du matin, l’artiste aurait écrit à son ami, acteur et chanteur, Kristian Marr ce sms étrange : « Je serai là pour toujours. Et toi ? »

Plus tard, à dix heures du matin, Andrew Morris, son garde du corps, jette un coup d’œil dans sa chambre. La chanteuse ne répond pas. Il pense alors qu’elle dort encore. Inquiet, l’homme vérifie son état l’après-midi aux alentours de 15 heures, et la trouve inanimée.

Ils ont échangé quelques mots avant qu’elle n’aille se coucher, racontait le garde du corps au Mirror en 2021. « Elle m’a montré quelques clips sur son ordinateur et elle chantait. Elle m’a dit ‘Mec, je sais vraiment chanter’ et je lui ai répondu ‘Ça c’est vrai que tu sais chanter’ puis elle m’a dit ‘Je redonnerais tout ça pour pouvoir remarcher dans la rue sans avoir de problèmes' ».

Les analyses sont formelles : l’éternel interprète de You know I’m not good est morte d’une overdose d’alcool. Les bouteilles sont retrouvées dans sa chambre et son sang affiche 4,16 grammes d’alcool. 

C’est ainsi que, de façon abrupte et inattendue, Amy Winehouse rejoint le tristement célèbre « club des 27 » aux côtés du chanteur Jim Morrison et bien d’autres stars décédées à cet âge. Un destin tragique, qui renforce aussi sa légende.

De nombreuses questions autour de son décès

Après la mort de la chanteuse, malgré les conclusions du rapport d’autopsie, de nombreux doutes ont fait surface concernant la cause exacte de son décès. Son grand frère Alex, assure dans une interview pour The Observer, que c’est en fait la boulimie dont elle souffrait depuis des années l’aurait tuée.

Il confie que cette maladie, développée par la jeune femme à l’âge de 17 ans, l’avait rendue « faible et plus susceptible ». Il ajoute : « Elle serait morte de toute façon, mais c’est vraiment la boulimie qui a eu sa peau. Si elle n’avait pas eu ce trouble alimentaire, elle aurait été plus forte physiquement. »

Aussi, selon The Guardian, deux rapports d’autopsie ont été effectués après la mort d’Amy Winehouse. C’est le médecin légiste Suzanne Greenaway qui était en charge du premier et cette dernière avait conclu à un homicide par imprudence dû à une intoxication à l’alcool.

Quelques mois après, écrit le journal britannique, Suzanne Greenaway ne possédait pas les qualifications appropriées pour effectuer ce genre d’examen.

Lorsque le deuxième rapport d’autopsie d’Amy Winehouse a été effectué, cette fois par la docteure Shirley Radcliffe, cette dernière est parvenue à la même conclusion. Citée dans The Guardian, elle a estimé qu’Amy Winehouse, après une longue période d’abstinence a « bu volontairement de l’alcool et qu’il s’agissait d’un geste délibéré qui a eu des conséquences inattendues et a provoqué sa mort ».

  • Le combat méconnu de Diana Spencer contre la boulimie et la dépression
  • Troubles du comportement alimentaire : mieux les comprendre pour bien les soigner

Une rock star tourmentée

Aussi talentueuse que torturée, Amy Jade Winehouse est née en 1983 à Enfield (Angleterre), dans le nord de Londres, au sein d’une famille d’artistes. Son père, dont elle était très proche, est un chanteur de jazz, écrivain et crooner britannique. Son oncle, lui, était trompettiste et sa grand-mère, Cynthia, avait pour compagnon le saxophoniste Ronnie Scott.

La carrière de la chanteuse a débuté très tôt, à l’âge de 16 ans, avec la signature d’un contrat pour le label A&R. Son premier album Frank sorti en 2003, qui mélange mélodie jazz, pop, soul et hip-hop est un véritable succès. Nommé pour le Mercury Music Prize mais aussi pour deux BRIT awards (récompense musicale délivrée annuellement par la British Phonographic Industry), l’opus est certifié double disque de platine.

Sa carrière démarre sur les chapeaux de roues et déjà, Amy Winehouse semble instable, apparaissant souvent alcoolisée sur les plateaux de télévision. En 2006, sa maison de disque souhaite l’emmener en cure de désintoxication pour son alcoolisme. Elle refuse et s’inspire de cet épisode pour écrire l’une de ses plus belles chansons : Rehab. « Ils ont essayé de me faire faire une cure / Mais j’ai dit no, no,no », chante-t-elle dans ce titre devenu culte.

En août 2007, la jeune femme tombe dans le coma après une overdose de plusieurs drogues. Sa tournée en Europe prévue à l’hiver de cette année-là sera annulée pour des raisons médicales.

Malgré tous ses déboires, son album Back to Black, inspiré de sa relation toxique et violente avec le réalisateur Blake Fielder-Civil, est presque cinq fois disque de platine. Amy Winehouse fait alors la meilleure vente de l’année au Royaume-Uni, avec plus de 11 millions d’exemplaires écoulés dans le monde.

La même année, la chanteuse épouse sa muse Blake Fielder-Civil. Ensemble, ils consomment régulièrement toutes sortes de substances nocives : crack, cocaïne, ecstasy… Un peu plus de deux ans après leur mariage, le réalisateur demande le divorce en janvier 2009, en raison d’un adultère commis par la chanteuse.

Dans les papiers du divorce, Amy Winehouse est surnommée la « diva crash de la soul ». Peu importe, puisqu’à cette époque, la chanteuse s’affiche au bras de Joshua Bowman, un jeune acteur britannique de 21 ans.

Mais en janvier 2011, l’état de l’artiste s’empire. Squelettique, titubante et incapable de chanter ou même de tenir un micro, elle est huée et sifflée lors d’un concert à Belgrade (Serbie). Moquée par la presse et par ses fans, plusieurs de ses concerts seront annulés. 

Hommages et réactions à sa mort

L’annonce de sa mort provoque un véritable choc sur les réseaux sociaux et dans les médias. Ce jour-là, ses titres tournent en boucle sur les chaînes de radio du monde entier.

De façon spontanée, plusieurs fans se sont recueillis devant son domicile avec une bougie et de jolis mots d’adieux. Nombreuses sont les stars qui expriment leur peine sur les réseaux sociaux, comme la chanteuse Lily Allen : « C’est au-delà de la tristesse. Il  n’y a rien d’autre à dire. C’était une âme perdue, qu’elle repose en paix. »

Reg Traviss, réalisateur britannique et dernier petit ami d’Amy Winehouse, avait déclaré au magazine The Sun se sentir perdu et vivre désormais dans « un monde parallèle » où « rien ne sera plus jamais comme avant ».

Le 14 septembre 2011, il avoue avec regret, au magazine anglais People, qu’il devait se rendre chez Amy Winehouse la veille de la mort de cette dernière, mais qu’au dernier moment, il avait dû annuler pour des raisons personnelles.

Longtemps accusé d’avoir entraîné Amy Winehouse dans l’enfer des drogues, Blake Fielder-Civil s’est lui aussi exprimé dans le Sun. Alors qu’il était en prison, condamné à 32 mois pour cambriolage et possession d’une arme factice, il dit alors être « inconsolable ». 

Sept ans après la mort de la chanteuse, son ancien compagnon a réagi de nouveau, expliquant au Sun avoir été « rassuré » en apprenant que son ex-femme n’était pas morte d’une overdose. « Quand les résultats toxicologiques sont arrivés, j’étais soulagé qu’il n’y ait pas de drogue dans son organisme », a-t-il déclaré avant d’ajouter, « je ne sais pas si cela efface ma culpabilité ou ma responsabilité. Mais cela montre que je n’ai pas tué mon ex-femme. »

Le rockeur Pete Doherty, ami très proche de la chanteuse Amy Winehouse, s’est, lui, confié au magazine britannique NME, huit mois après sa mort : « Quand Amy est morte, j’étais assis dans une pièce à Camden, incapable de bouger. »

Le chanteur a également évoqué l’état d’esprit dans lequel il était à ce moment-là : « Je ne pouvais pas parler, je ne pouvais voir personne, je ne pouvais pas prendre une guitare. Et quand j’ai finalement pris une guitare, cela a été pour chanter des ballades à propos d’Amy qui ne viendrait pas ce soir. » 

Quant au pianiste Jools Holland, qui l’a souvent accompagnée en tournée, il a affirmé à la BBC « que c’est lorsqu’elle se produisait qu’elle était le plus heureuse ». Ajoutant : « Je ne pense pas qu’elle aurait voulu qu’on se souvienne d’elle comme d’une figure tragique ».

Depuis, plusieurs documentaires ont retracé la vie de la chanteuse comme le film Amy, sorti en décembre 2015 et réalisé par Asif Kapadia, qui recevra l’Oscar du meilleur film documentaire.

À la diffusion, le père d’Amy, Mitch Winehouse, a dénoncé dans l’émission Loose Women, une mauvaise représentation de sa fille dépeinte, selon lui, « sous le pire jour possible ». Déçus, mais déterminés, les parents de la chanteuse ont alors participé à la réalisation du documentaire Reclaiming Amy sorti en 2021, qui offre, selon leurs dires, une « image plus complète d’Amy ». 

Les critiques concernant cet autre film ont été mitigées, les spectateurs accusant la famille Winehouse d’adoucir la réalité. Le Financial Times notait par ailleurs que son père « aimait les feux de la rampe » et s’était toujours placé « au coeur de la carrière » de la chanteuse. Quitte à la pousser dans ses retranchements.

Plus d’une décennie après sa disparition, personne n’a oublié la puissance et la sensibilité d’Amy Winehouse. Ni ses cheveux, ni son trait d’eye-liner et ni ses tatouages cultes.

Un biopic portant le nom de son album phare Back to Back, devrait bientôt voir le jour, révélait Variety le 11 juillet 2022. Réalisé par une amie d’Amy, Sam Taylor-Johnson, réalisatrice de la populaire adaptation cinématographique de Cinquante Nuances de Grey, celui-ci est approuvé par la famille Winehouse.

  • 29 mai 1982 : le jour où Romy Schneider est morte, seule dans son appartement
  • 31 août 1997 : le jour où la princesse Diana est morte dans un accident de voiture

Source: Lire L’Article Complet