Affaire Delphine Jubillar : comment les données numériques de son mari, Cédric, pourraient faire avancer l’enquête

Dans le cadre de l’enquête sur la disparition de Delphine Jubillar, les policiers se sont intéressés aux données recueillies par le smartphone de son mari, mis en examen pour meurtre aggravé depuis le 18 juin 2021. Des éléments qui, comme dans de nombreuses affaires criminelles ces dernières années, pourraient être déterminants.

  • Delphine Jubillar

Après six mois sans avancée déterminante, l’enquête concernant la disparition de Delphine Jubillar semble enfin progresser. Depuis le placement de son mari en garde à vue, mercredi 16 juin 2021, tout s’est enchaîné très vite. Au bout de 48 heures, Cédric Jubillar a été déféré devant un juge, qui a finalement décidé de le mettre en examen pour “meurtre aggravé” – soit homicide volontaire sur conjoint, le terme de féminicide n’étant pas encore reconnu dans le code pénal – et ce, bien que le corps de son épouse n’ait jamais été retrouvé. Le jour-même, le jeune artisan de 33 ans a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Seysses, à une centaine de kilomètres de Cagnac-les-Mines. Plusieurs détails ont contribué à conduire Cédric Jubillar derrière les barreaux, parmi lesquels les données recueillies sur son smartphone. Outre le SMS qui contredit son témoignage, et les photos de l’amant de Delphine qui ont été découvertes, ce sont les chiffres indiqués par son application podomètre qui intriguent les enquêteurs.

L’importance des smartphones dans les enquêtes criminelles

Le 16 décembre 2020, entre 4h et 5h du matin, le podomètre n’a enregistré que 40 pas, alors que le mari de l’infirmière disparue a affirmé aux gendarmes qu’il avait fouillé partout dans les environs pour retrouver la trace de sa femme. Lorsque les enquêteurs effectuent ne serait-ce que le tour de la maison du couple, le podomètre enregistre 380 pas. Comme le rappellent nos confrères de BFMTV, les données numériques prennent une place de plus en plus importante dans la résolution des affaires criminelles. Dans le dossier Caroline Crouch, tuée en Grèce à l’âge de 20 ans, ce sont le rythme cardiaque mesuré par sa montre connectée et le podomètre de son mari qui ont permis d’élucider le meurtre. Alors que ce dernier avait évoqué un cambriolage qui aurait mal tourné, les policiers ont découvert que le cœur de la jeune femme battait encore, plusieurs heures après l’heure de sa mort indiquée par son mari. Et tandis qu’il affirmait avoir été ligoté par les prétendus cambrioleurs, son smartphone a prouvé de nombreux déplacements. Le 17 juin 2021, le mari de Caroline Crouch a finalement avoué le crime.

“Jusqu’à peu, les enquêteurs n’avaient pas toutes les ressources techniques pour analyser de telles informations. La logique était de se tourner vers les opérateurs afin de collecter des informations de réseau, liées à des appels ou SMS. Désormais, l’analyse peut se faire au niveau du terminal ou par le biais des services de stockage à distance (Cloud). Cela change beaucoup de choses : nos smartphones sont une immense balise GPS qui regorgent de données personnelles” explique Alexandre Archambault, avocat spécialisé en numérique, à nos confrères. Aujourd’hui, des entreprises proposent aux autorités des boîtiers capables d’aspirer toutes les données d’un téléphone portable, même verrouillé par un mot de passe. Selon BFMTV, les commissariats français seraient nombreux à utiliser ce dispositif. Une sorte de perquisition numérique, que les policiers peuvent effectuer sans mandat. Concernant l’affaire Jubillar, une véritable perquisition (par ailleurs “fructueuse”) a été menée au domicile du couple, mardi 22 juin, afin de récupérer du matériel informatique. Ce qui intéresse les enquêteurs ? “Des cartes SD de téléphone et une clé USB susceptible de contenir plusieurs milliers de photographies et captures d’écran extraites du smartphone de Cédric Jubillar”, a indiqué Le Parisien. Pour rappel, le mari de Delphine Jubillar reste présumé innocent en attendant une décision définitive de la justice.

A lire aussi : Affaire Delphine Jubillar : ce que les policiers craignent le plus

Source: Lire L’Article Complet