Affaire Elisa Pilarski: le pitbull est bien responsable de sa mort, selon les experts

Un an après le décès violent de la jeune femme, alors enceinte, les conclusions des experts sur les circonstances de son décès viennent d’être dévoilées. Le chien du compagnon de la victime est bien à l’origine de son décès.

Restez informée

Le drame avait ému l’opinion. Agée de 29 ans, enceinte, Elisa Pilarski était partie promener le chien de son compagnon, un pitbull nommé Curtis, en pleine forêt de Retz, dans l’Aisne. A ce même endroit, se tenait une partie de chasse. Son corps avait été retrouvé un peu plus tard par son conjoint, l’autopsie concluant à un décès lié à une “hémorragie consécutive à plusieurs morsures“. Depuis le drame, les avocats de la société de Vénerie et du compagnon de la victime s’opposent, à coup de rapport d’experts, pour déterminer quel animal a mortellement mordu Elisa Pilarski. Le mois dernier, un premier expert avait estimé que le pitbull était responsable. Le rapport d’expertise qu’ont pu consulter les deux parties concluent bien à une mise en cause directe de Curtis. Les éléments permettant d’avancer cette conclusion sont précis: comparaison des blessures avec la taille de la mâchoire des chiens – Curtis et ceux de la meute -, mais aussi une analyse du comportement du canidé et de son dressage. Comme le précise l’avocat de la vènerie, Maître Demarcq, cité par France 3 régions, “les experts ont mesuré la taille des morsures qu’avait subies Elisa Pilarski. Ils ont mesuré la taille des mâchoires des chiens de la chasse à courre et ils ont constaté que ça n’était pas du tout compatible. Par contre ils ont mesuré la taille de la mâchoire de Curtis. Ils ont constaté que c’était compatible, mathématiquement.” En outre, rapport le Courrier Picard, Les vétérinaires auteur du rapport de 50 pages excluent que l’hypothèse d’une bagarre entre le pitbull et les chiens de vénerie pour défendre sa maîtresse. Ils affirment également que Curtis a été “illégalement importé des Pays-Bas avec des documents falsifiés” et qu’il a été “très mal dressé”.

Un exposé qui ne convainc pas l’avocat du compagnon de la victime, pour qui les conclusions ne sont pas cohérentes avec l’autopsie. Selon Maître Novion, “l’autopsie avait indiqué qu’Elisa était décédée d’un choc hémorragique causé par des morsures de chien, voire plus probablement de plusieurs chiens, en raison de la répartition des blessures sur le corps d’Elisa, des différences de morphologie entre les blessures.” Un nouveau rapport portant sur des analyses ADN devrait être rendu prochainement. Des prélèvements ont été effectués sur les 62 chiens de la chasse à courre et les cinq chiens du couple. Quant à l’avocate de la famille de la victime, elle témoigne de la douleur d’une mère qui a perdu sa fille unique et qui souhaite juste qu’on la laisse reposer en paix.

A lire aussi: Affaire Elisa Pilarski : les pistes étudiées pour faire la lumière sur sa mort

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet