Affaire Patrick Poivre d’Arvor : les plaignantes poussent un coup de gueule poignant

Dans une tribune publiée sur le site du Monde, les plaignantes qui accusaient Patrick Poivre d’Arvor de gestes et d’actes déplacés ont regretté le classement sans suite de l’affaire.

L’enquête préliminaire visant Patrick Poivre d’Arvor a été classée sans suite en raison de “prescription” et pour “insuffisance de preuves”. Elle avait été ouverte à la suite de huit plaintes et de 23 témoignages qui accusent l’ex-présentateur du journal télévisé de TF1 de viols, agressions sexuelles ou harcèlement sexuel. À la suite de cette décision, les plaignantes se sont exprimées dans une tribune publiée dans Le Monde, vendredi 9 juillet. Nous sommes les prescrites, les classées, les sans-suite, ont-elles notamment écrit.

Ce collectif de femmes regrette que le droit soit “impuissant” face à leurs témoignages et expériences vécues aux côtés de Patrick Poivre d’Arvor. “En l’état du droit et de sa mise en application, le raisonnement se tient. (…) Le problème, c’est que nous parlons toutes du même homme“, relèvent-elles. Et de poursuivre : “Se contenter de remiser l’affaire au musée Grévin du patriarcat, c’est tout mettre en place pour que ça recommence avec d’autres victimes et d’autres auteurs. (…) Nous ne sommes pas des anecdotes de la rubrique ‘people’. Nous sommes la banalité des rapports de pouvoir dans un système d’une violence sexiste ordinaire.”

PPDA clame son innocence

L’écrivaine Florence Porcel a été la première à parler publiquement de sa plainte, n’hésitant pas à dénoncer les supposés agissements de Patrick Poivre d’Arvor. Mais, aujourd’hui, son témoignage est mis à mal par les enquêteurs. De son côté, Patrick Poivre d’Arvor a toujours clamé son innocence face aux faits qui lui sont reprochés.J’ai dû voir cette jeune femme cinq-six fois en dix-sept ans avait-il fait savoir, assurant au passage que Florence Porcel avait une “admiration” et “une fascination” pour lui. Il avait ajouté que l’écrivaine avec “sciemment inventé toute cette histoire“, avant de porter plainte contre elle pour “dénonciation calomnieuse”.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : RACHID BELLAK / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet