Alessandra Sublet : cette grosse boulette qui lui a valu de violentes réactions

Connue pour ses nombreuses bourdes, Alessandra Sublet a raconté sur Europe 1 l’une de ses pires mésaventures alors qu’elle était toute jeune animatrice. Les réactions suite à cette boulette n’ont pas pour autant été moins violentes.

Alessandra Sublet

Si Alessandra Sublet plaît autant aux téléspectateurs français, c’est en partie grâce à son côté “nature peinture”. Une spontanéité qui lui a valu de commettre quelques bourdes, notamment lors des dîners parfois guindés de C à vous. Mais l’épisode où elle a demandé à François Hollande des nouvelles de sa mère, alors que celle-ci était décédée, n’est pas le pire vécu par l’acolyte de Nicolas Canteloup. Il faut en effet revenir un an arrière, en août 2008, pour se plonger dans l’un des pires souvenirs de cette célibataire épanouie. Toute jeune animatrice sur M6, Alessandra Sublet devait alors présenter un nouveau parfum, en direct sur la chaîne et depuis le musée Rodin.

Sauf que cette courte introduction –“cinq secondes, quatre mots à aligner”– ne s’est pas vraiment passée comme prévu. “J’oublie le nom du parfum”, déplore-t-elle encore aujourd’hui. “Je suis devant la caméra, en longue robe rouge, maquillée et apprêtée comme jamais. Je regarde la caméra et je dis ‘Et de tout suite le nouveau parfum…’. Dans ma tête je me dis que, putain, c’est pas possible, je n’ai quand même pas oublié le nom du parfum ! Et, si j’avais oublié le nom du parfum”, se rappelle-t-elle au micro d’Europe 1. Un trou de mémoire bien embêtant qui s’est soldé par des réactions très violentes en coulisses. “Coupez, coupez, mais quelle conne celle-ci !”, entend-elle alors dans son oreillette.

Figée sur place

La suite de cette péripétie n’est qu’un grand moment de malaise sur scène, comme le raconte la pétillante animatrice. “Là le feu d’artifice part, parce qu’évidemment il y a le reste de la soirée, et je reste dans l’ombre. J’ai pas bougé pendant, je pense bien, 10 minutes. Je me suis dit que j’allais me mettre comme la statue du musée Rodin. Je n’ai pas bougé et je me suis dit qu’on allait m’oublier. Et c’est horrible“, confie cette grande gaffeuse qui n’a pas toujours retenu les leçons du passé. Ce qui ne l’empêche pas de vouloir regoûter aux aléas du direct.

Source: Lire L’Article Complet