Anne Berest se livre dans “Secrets d’écriture”, le podcast de Femme Actuelle (épisode 10)

Dans le dixième épisode de “Secrets d’écriture”, podcast littéraire de la rédaction de Femme Actuelle, retrouvez Anne Besrest pour son roman La carte postale, disponible en librairie depuis le 18 août 2021 aux éditions Grasset.

Restez informée

Avec “Secrets d’écriture”, plongez dans le podcast littéraire de la rédaction de Femme Actuelle, mené par Amélie Cordonnier. À chaque épisode, vous retrouverez vos auteurs et vos autrices préférés pour un moment de partage et de découverte à l’occasion de la sortie de leur nouveau roman. Dans ce dixième épisode, Amélie Cordonnier, cheffe de la rubrique Culture de Femme Actuelle, reçoit Anne Berest pour son livre La carte postale (publié aux éditions Grasset), disponible en librairie depuis le 18 août 2021. Anne Berest commence par nous lire un extrait de son nouveau roman, La carte postale. Puis Anne Berest nous dit tout… et plus encore !

3 bonnes raisons de lire le nouveau roman d’Anne Berest

Une histoire vraie bouleversante

Un roman vrai : Anne Berest emploie cet oxymore pour qualifier ce livre qu’elle a mis quatre ans à écrire et qui n’aurait jamais existé sans le titanesque travail de recherche d’archives qu’a mené sa mère durant vingt ans. La tragique et poignante histoire des grands-parents de sa mère, de son oncle et de sa tante, déportés et morts à Auschwitz en 1942 a vrillé le cœur des lycées qui lui ont décerné leur Prix Renaudot.

Une enquête à la Colombo

Anne Berest réussit à nous émouvoir autant qu’à nous tenir en haleine. Car son livre fort, qui réunit tous les genres, tourne très vite au polar. Tout débute par une carte postale anonyme, étrange et dérangeante, que reçoivent ses parents en janvier 2003. Y figurent les prénoms de ses aïeux : Ephraïm, Emma, Noémie et Jacques. Quinze ans plus tard, suite à un incident survenu à l’école de sa fille, Anne Berest décide de retrouver son expéditeur et embarque sa mère dans une enquête digne de Colombo. Quand elle fait appel à Duluc Détective, rendu célèbre par François Truffaut, la réalité dépasse la fiction et nous voilà ferrés.

Une quête initiatique essentielle

Cette enquête se double d’une quête intérieure. Anne Berest s’intéresse aux mémoires d’outre-tombe, aux transmissions invisibles, à ce qui continue de vivre en nous, par-delà les générations même quand nous n’avons pas connu nos ancêtres. Elle évoque le poids du silence, des chagrins, de la culpabilité dont on hérite malgré soi, triste flambeau. Elle écrit des pages somptueuses sur la manière dont une histoire se partage et se déchiquette entre deux sœurs écrivains. Sa « quête initiatique sur la signification du mot Juif dans une vie laïque » est plus que jamais essentielle. Parce qu’il y aura toujours des cours de récré.

L’intégralité de l’entretien avec Anne Berest est à retrouver dans “Secrets d’écriture”, le podcast littéraire de Femme Actuelle.

À propos du livre :

C’était en janvier 2003. Dans notre boîte aux lettres, au milieu des traditionnelles cartes de voeux, se trouvait une carte postale étrange. Elle n’était pas signée, l’auteur avait voulu rester anonyme. L’Opéra Garnier d’un côté, et de l’autre, les prénoms des grands-parents de ma mère, de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942. Vingt ans plus tard, j’ai décidé de savoir qui nous avait envoyé cette carte postale. J’ai mené l’enquête, avec l’aide de ma mère. En explorant toutes les hypothèses qui s’ouvraient à moi. Avec l’aide d’un détective privé, d’un criminologue, j’ai interrogé les habitants du village où ma famille a été arrêtée, j’ai remué ciel et terre. Et j’y suis arrivée.
Cette enquête m’a menée cent ans en arrière. J’ai retracé le destin romanesque des Rabinovitch, leur fuite de Russie, leur voyage en Lettonie puis en Palestine. Et enfin, leur arrivée à Paris, avec la guerre et son désastre. J’ai essayé de comprendre comment ma grand-mère Myriam fut la seule qui échappa à la déportation. Et éclaircir les mystères qui entouraient ses deux mariages. J’ai dû m’imprégner de l’histoire de mes ancêtres, comme je l’avais fait avec ma sœur Claire pour mon livre précédent, Gabriële. Ce livre est à la fois une enquête, le roman de mes ancêtres, et une quête initiatique sur la signification du mot « Juif » dans une vie laïque.

La carte postale d’Anne Berest, éd. Grasset, 528 pages, 22€

Source: Lire L’Article Complet