Anne Hidalgo « très choquée » par une déclaration d’Emmanuel Macron

Anne Hidalgo a réagi à la déclaration d’Emmanuel Macron sur une possible vague migratoire venue d’Afghanistan. Des propos qui ont choqué la maire socialiste de Paris, comme elle le fait savoir dans Le Parisien ce mercredi 8 septembre.

Anne Hidalgo s’attaque à Emmanuel Macron sur le dossier afghan. Dès le lendemain de l’allocution télévisée du président de la République le 16 août dernier, de nombreux responsables politiques de gauche avaient vivement réagi à la déclaration du chef de l’État concernant le risque de vague migratoire afghane : “L’Afghanistan aura aussi besoin dans les temps qui viennent de ses forces vives et l’Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle. Nous devons anticiper et nous protéger contre les flux migratoires irréguliers importants qui mettraient en danger ceux qui les empruntent et nourriraient les trafics de toute nature”, avait déclaré Emmanuel Macron. Ce mercredi 8 septembre, c’est la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, qui a pris part au débat dans Le Parisien : J’ai été très choquée par cette déclaration faite au lendemain de la prise de Kaboul par les talibans et en plein retrait totalement chaotique des troupes américaines.”

Anne Hidalgo veut “accueillir dignement les réfugiés sans les stigmatiser”

Le chaos, c’est aussi ces images de civils afghans s’accrochant au fuselage des avions quittant l’aéroport de Kaboul pour fuir les talibans. Des scènes de désespoir qui ont marqué les esprits à travers le monde. Face à la crise afghane, Anne Hidalgo appelle l’État à accueillir les réfugiés avec décence : “Bien sûr, la situation en Afghanistan relève de notre sécurité intérieure. Mais la première chose à faire, c’est d’accueillir dignement les réfugiés sans les stigmatiser. Aussi bien ceux qui vont arriver d’Afghanistan que ceux déjà présents sur le territoire, et déboutés du droit d’asile alors qu’ils ne pourront à l’évidence pas retourner dans leur pays.

Dans une tribune parue dans Le Monde, publiée avant l’allocution du chef de l’État en août dernier, Anne Hidalgo avait déjà pris position sur l’accueil des migrants afghans. Elle avait assuré, tout comme le maire de Montpellier et de Lyon, que Paris était prête à accueillir des réfugiés avec le soutien de l’État.

Alors qu’Anne Hidalgo s’apprête à annoncer sa candidature à l’élection présidentielle, la rivalité avec Emmanuel Macron s’intensifie. Le maintien de l’ordre, les transports, la crise sanitaire et désormais la crise afghane, la bataille pour 2022 fait rage !

Crédits photos : Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet