Astrid Veillon : son fils Jules, « en décalage » et « différent », elle se confie

Astrid Veillon, actrice et romancière est aussi la mère d’un ado de 11 ans, son fils Jules. Dans les colonnes de Public ce 4 juin, elle se confie sur sa relation à cet enfant, qui ne veut pas être “comme les autres”.

Son enfance à elle était “singulière“, une “vie de fête“, rythmée par les changements d’école liés aux amours de sa mère, mais finalement, “assez clean“. C’est à l’adolescence qu’Astrid Veillon a “dérapé“, à une période de sa vie où les rapports avec sa mère “étaient compliqués, comme elle l’évoque dans les pages de Public, ce vendredi 4 juin. “Je me suis sentie seule, j’ai commencé à jouer avec la vie, à boire, à faire des conneries. Je suis une rescapée.” Ce qu’il l’a sauvé dit-elle, c’est de devenir actrice. En revanche, la grande expérience transformatrice de sa vie n’a pas été la célébrité, mais la maternité. La naissance de son fils Jules, maintenant âgé de 11 ans a été un merveilleux bouleversement pour l’actrice-romancière : “Quand il est né, je suis devenue une nouvelle personne.” Le premier jour du reste de sa vie, la vraie fin de son adolescence : “Avant d’être mère à 38 ans, j’étais une ado“, résume l’actrice. Elle revendique être fusionnelle avec ce fils tant aimé, tout en avouant la complexité d’être la mère de ce “gaillard” qu’elle “habille en 18 ans alors qu’il n’en a que 11.

Il n’a pas envie d’être comme les autres

Ce qui est complexe, c’est qu’il est un gamin en décalage.” détaille-t-elle. “Il est brillant et beau comme un astre, avec des yeux bleus sublimes et des cheveux longs. (…) Mais il est différent des autres, il n’a pas de console… Il n’a aucune envie d’être un ado comme les autres; il a même peur de passer en 6e, il voulait redoubler. Mais ça serait compliqué avec 19 de moyenne générale ! Il a de bonnes valeurs : son père est paysagiste, c’est quelqu’un de la terre.

Ce père, son compagnon Gilles, avec qui elle forme toujours un couple, sans pour autant partager un lieu de vie. Une décision prise par l’interprète de Léa Soler pendant le confinement, et qui a également affecté leur fils : “Tant que ce n’était pas acté, il était anxieux de connaître comment ça se passerait. Il me demandait de le rassurer. Quand la situation s’est installée, il a trouvé sa place et le vit bien. Il voit son papa tous les jours“.

Crédits photos : Bruno Bebert / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet