“Au-dessus des nuages” : qui est Dorine Bourneton, dont l’histoire vraie a inspiré le téléfilm de TF1 ? – VIDEO

Lundi 9 novembre 2020, les téléspectateurs de TF1 découvriront le téléfilm Au-dessus des nuages. Une histoire librement inspirée du parcours de Dorine Bourneton, la première femme paraplégique au monde à devenir pilote de voltige aérienne.

  • Alice Taglioni

C’est une histoire des plus incroyables qui a inspiré TF1 pour son nouveau téléfilm. Dans Au-dessus des nuages, qui sera diffusé lundi 9 novembre 2020 à 21h, Alice Taglioni se glisse dans la peau d’une femme extraordinaire : Dorine Bourneton. Victime d’un grave accident d’avion, elle devient paraplégique à l’âge de 16 ans. Seule rescapée de ce terrible crash, l’adolescente ne se laisse pas abattre et compte bien tout faire pour réaliser son rêve de fendre les airs. La perte de ses jambes, elle en a fait une force. Et c’est grâce à sa combativité et son espoir à toutes épreuves, que Dorine Bourneton devient la première femme handicapée au monde pilote de voltige aérienne. Un parcours grandiose qu’elle avait raconté dans son livre Au-dessus des nuages en 2015, mais également à nos collègues de Simone Media en 2018.

“La voltige me permet de danser librement dans le ciel”

La voltige, ça a changé ma vie et la perception de moi-même. Avant, je me voyais comme une personne handicapée. Maintenant, je me vois comme une pilote de voltige et c’est extraordinaire !”, se réjouissait-elle dans notre interview à retrouver ci-dessus. Dorine Bourneton s’est découvert une passion pour l’aviation à l’âge de 8 ans. Elle suivait alors son père, lui aussi passionné, lors de ses séances de vol. Neuf mois avant son accident, à l’âge de 15 ans, elle s’était inscrite à l’aéro-club d’Auvergne. “Quand on est confronté à la mort, d’aussi près, il y a quelque chose en vous qui fait que vous luttez pour la vie. Et ça, ça s’est inscrit en moi”, nous expliquait l’aviatrice, aujourd’hui âgée de 46 ans. Et malgré le pessimisme des médecins, Dorine Bourneton n’a pas abandonné son rêve : “Je savais qu’on pourrait trouver une solution, on équipait déjà des voitures de commandes manuelles, donc pourquoi pas équiper un avion !” Et son combat n’aura pas été en vain puisqu’en 2003, Dorine Bourneton a changé la loi pour permettre aux personnes handicapées de devenir pilotes professionnels.

A l’adolescence, Dorine Bourneton saisit la moindre occasion de danser : “J’avais besoin de me défouler, j’étais pleine d’énergie, j’étais toujours en mouvement. Et la voltige me permet de retrouver cette liberté de mouvement, cette impression de danser librement dans le ciel. Ça me procure une joie, du plaisir, une forme de créativité… Parce que chaque vol comprend une part d’incertitude, d’inconnu, d’inattendu, qui nous oblige à aller au-delà de ce que l’on croit être”, raconte-elle, des étoiles dans les yeux. Aujourd’hui, après la naissance de sa fille, sa plus belle victoire fût d’avoir remporté une compétition face à des pilotes entièrement valides. Depuis, Dorine Bourneton a notamment créé une école de voltige pour former les personnes handicapées à cette discipline, afin “qu’elles prennent conscience que le handicap est relatif quand on est là-haut, on n’en a plus rien à foutre des jambes”. Pour son parcours exceptionnel et son engagement, Dorine Bourneton a été faite Chevalier de la Légion d’honneur en 2015, puis Officier de l’ordre national du Mérite en 2019. Elle possède également un gymnase à son nom dans la ville des Clayes-sous-Bois, dans les Yvelines, et même une rue ! L’on peut ainsi retrouver la rue Dorine Bourneton dans la commune d’Andrézieux-Bouthéon, dans le département de la Loire.

A lire aussi : Paraplégique : il veut traverser les États-Unis à la seule force de ses bras

Source: Lire L’Article Complet