Aymeric Caron remonté contre Fabien Roussel : ça chauffe entre les deux collègues de la Nupes !

Ce jeudi 24 novembre, les députés débattront sur la proposition de loi d’Aymeric Caron visant à interdire les corridas. Interviewé par plusieurs médias en amont de ces discussions, Fabien Roussel a affirmé qu’il votera contre le texte. De quoi agacer le député de la NUPES…

La tension monte d’un cran entre Aymeric Caron et Fabien Roussel… Habitués à s’écharper à la moindre occasion, le nouveau projet de loi du député de la NUPES n’a pas fait exception. Le 16 novembre dernier, le journaliste antispéciste a fait une proposition de loi à l’Assemblée concernant l’interdiction définitive des corridas en France, estimant qu’il s’agit d’une pratique barbare et obsolète. Alors que le texte sera soumis à l’étude au sein de l’Hémicycle ce jeudi 24 novembre, le patron du Parti communiste a déclaré au sein de plusieurs médias son intention de voter contre la fin de la tauromachie.

« Je refuse de voter la proposition d’Aymeric Caron », a affirmé Fabien Roussel auprès de Sud-Ouest juste avant d’effectuer son voyage en Gironde et dans les Landes en début de semaine. Et de poursuivre, n’hésitant pas à tacler son confrère : « Les Français sont préoccupés par le prix de l’énergie et de l’essence, pas par la corrida. Derrière ce texte de loi, je vois bien le projet antispéciste d’Aymeric Caron : culpabiliser les chasseurs, les pêcheurs, ceux qui défendent une culture, un art de vivre est une économie locale. Arrêtons d’emmerder les Français. Et puis, je ne supporte pas ce mépris à l’égard de gens qu’il qualifie de barbares. »

De passage sur le plateau d’Apolline de Malherbe sur BFMTV ce mercredi 23 novembre, le député du Nord a persisté en expliquant que s’il se dresse contre le projet de loi d’Aymeric Caron c’est « non pas parce qu’(il) défend la corrida, mais parce qu(il) pense que ce qu’il y a derrière la corrida, c’est le rapport entre l’homme et l’animal, l’homme et la nourriture ». « On ne peut pas être traité de barbare quand on défend la corrida. Un barbare c’est celui à qui on ne parle pas. Or nous considérons qu’on doit parler et avoir ce beau débat sur cette passion qui existe beaucoup dans le sud de la France, plutôt que de l’interdire« , a-t-il poursuivi.

Le journal officiel du Parti Communiste a été « L’Humanité ». C’est précisément par humanité, @Fabien_Roussel, que nous devons abolir la corrida. Votre incapacité a soutenir la moindre initiative qui fait progresser notre éthique commune devient problématique. https://t.co/TYbbiLUOlW

La prise de position de Fabien Roussel n’a pas échappé à l’auteur de No steak, qui l’a interpellé sur Twitter dans la foulée : « Le journal officiel du Parti Communiste a été ‘L’Humanité’. C’est précisément par humanité, Fabien Roussel, que nous devons abolir la corrida. Votre incapacité à soutenir la moindre initiative qui fait progresser notre éthique commune devient problématique« , a-t-il écrit échaudé par les propos du communiste. Pour rappel, Fabien Roussel a travaillé comme journaliste pour L’Humanité en 1989.

>> PHOTOS – L’élection de Yaël Braun-Pivet, la punchline de Rachel Kéké… ces moments qui sont entrés dans l’histoire de l’Assemblée nationale

Quand le ton monte entre Fabien Roussel et Aymeric Caron chez Anne-Elizabeth Lemoine

Le dialogue semble bien compliqué entre Fabien Roussel et Aymeric Caron. Déjà en février dernier, les deux hommes politiques avaient eu un échange musclé dans l’émission C à vous, animée par Anne-Elizabeth Lemoine. L’ex-polémiste d’On n’est pas couché questionnait tant bien que mal celui qui était alors candidat communiste à la présidentielle avec 3% d’intentions de vote, sur sa conviction d’arriver en tête des prétendants à gauche. Avec une véritable langue de bois, l’ancien secrétaire national du PCF avait répondu à côté : « Je trouve que l’élection présidentielle est une élection tellement importante que j’aimerais bien que les Français l’envahissent et qu’ils créent la surprise… », avait réagi le candidat, suscitant l’agacement de son interlocuteur. « Vous ne répondez pas à ma question ! », avait sèchement coupé Aymeric Caron.

Crédits photos : JB Autissier / Panoramic / Bestimage

A propos de

  • Abonnez-vous à vos stars préférées et recevez leurs actus en avant première !

  • Aymeric Caron

  • Fabien Roussel

À découvrir en images

PHOTOS – L’élection de Yaël Braun-Pivet, la punchline de Rachel Kéké… ces moments qui sont entrés dans l’histoire de l’Assemblée nationale

Yaël Braun-Pivet est la première femme présidente de l’Assemblée nationale. Son élection a eu lieu le 28 juin 2022.

Le 12 juillet dernier, le député LREM Rémy Rebeyrotte a fait un salut nazi à l’Assemblée nationale, destiné à d’un élu RN. Il a été sanctionné ce 25 juillet 2022 par un rappel à l’ordre.

La députée Delphine Batho a questionné Agnès Pannier-Runacher au sujet de la raison de son absence sur les dossiers Engie dans le contexte du débat sur la loi du pouvoir d’achat à l’Assemblée le 21 juillet 2022. La ministre de la Transition énergétique s’est justifiée, au bord des larmes : « Je vous remercie de mettre le doigt sur un élément personnel de ma vie. Je suis en situation de divorce avec mon mari, qui travaille chez Engie. La convention de divorce est déposée. Elle sera signée vendredi prochain. Je peux vous dire que se séparer de quelqu’un avec lequel on a vécu 30 ans et eu trois enfants n’est pas spécialement un événement heureux. »

Agacé par ce qu’il juge être « un relâchement vestimentaire » au sein de l’hémicycle, le député Éric Ciotti a adressé un courrier à Yaël Braun-Pivet le 21 juillet 2022, lui demandant de rendre obligatoire le port de la cravate en ce lieu.

Autour de

Source: Lire L’Article Complet