Babette de Rozières profère de graves accusations contre la direction de France Ô

Clap de fin pour France Ô. Depuis ce dimanche 23 août à midi, la chaîne de la TNT n’est plus diffusée. Un crève-cœur pour l’animatrice Babette de Rozières, qui estime qu’elle aurait pu être sauvée.

Babette de Rozières

France Ô n’est plus. Ce dimanche 23 août, la chaîne du service public a diffusé ses programmes pour la dernière fois avant de s’éteindre définitivement, à minuit. Une nouvelle que Sébastien Folin et Babette de Rozières, deux de ses animateurs, ont dû mal à encaisser. Si le premier déplore un manque de détermination de la part de la direction, la seconde, elle, se dit “meurtrie” par cette décision. En effet elle est persuadée que le bateau aurait pu être sauvé du naufrage. “Il aurait fallu réparer France Ô plutôt que de la jeter“, a-t-elle dénoncé auprès du Parisien. Car la restauratrice de 73 ans en est certaine : si la chaîne se retrouve dans une telle situation, ce n’est pas à cause de ses mauvaises audiences mais plutôt de la manière dont elle était gérée. “Ce sont les têtes dirigeantes de la chaîne qui ont plombé la chaîne, c’était des bons à rien qui n’avaient rien à faire de notre culture“, a-t-elle dénoncé sans mâcher ses mots sur le plateau de Morandini Live, ce lundi 24 août.

Babette de Rozières dénonce un racisme ambiant chez France Ô

A en croire la native de Pointe-à-Pitre, les dirigeants du groupe télévisuel n’auraient “pas fait confiance aux Outres-marins pour parler de leur culture“. A la place, ils auraient préféré envoyer ce que Babette de Rozières appelle “un ramassis d’exclus de France Télévisions.” “J’ai travaillé à France Ô donc je sais comment ça se passait […] Ce sont des gens qui n’avaient rien à faire du tout de la culture Outres-marins. Ils faisaient la pluie et le beau temps. C’était du conflit d’intérêts, du racisme. Les ultramarins qui travaillaient à France Ô n’avaient pas le droit à la parole. J’ai subi tout ça“, a dénoncé l’ancienne animatrice d’A l’aide Babette. Mais ce n’est pas parce que France Ô vient de tirer le rideau que la restauratrice compte baisser les bras. Bien décidée à faire parler des Outres-mers dans toute leur diversité, elle se dit prête à se battre pour qu’une nouvelle chaîne soit créée. “J’irai jusqu’au bout. Je suis une bagarreuse”, prévient-elle…

Source: Lire L’Article Complet