Bernard et Dominique Tapie agressés : l’horrible menace des cambrioleurs qui les ont battus et ligotés

Bernard Tapie et son épouse reviennent de très loin. La nuit du 3 au 4 avril dernier, le couple a été violemment agressé par quatre cambrioleurs et a été menacé de mort.

Bernard Tapie

Dominique Tapie

A 78 ans, Bernard Tapie se bat encore et encore contre le cancer. Alors que la maladie prend de plus en plus le pas sur lui, l’homme d’affaires subit un nouveau traitement et a été opéré une nouvelle fois. Un nouveau coup dur pour l’ancien patron de l’OM qui a vu l’apparition de nouvelles tumeurs “sur la peau, les reins, l’abdomen, le cerveau, et d’autres un peu partout“, comme l’a révélé son fils cadet Laurent dans les colonnes de Paris Match. C’est donc un nouveau round dans son match contre la mort qu’a entamé Bernard Tapie. Même si “le pronostic vital à court terme n’est pas engagé“, le mari de Dominique souffre. “Je suis cassé complet ! Huit heures par jour au lit, j’ai l’air d’avoir 100 ans, a-t-il confié. Ce protocole, c’est un programme très lourd. Un truc expérimental. Plus rien ne marche dans les traitements classiques. Mais on me donnait deux ans, ça va faire quatre ans en septembre, alors faut pas charrier !

“Foutre le feu à la maison”

Les coups durs, ces dernières années, Bernard Tapie les encaisse avec un incroyable courage. Comme cette nuit du 3 au 4 avril dernier où il a été victime d’un très violent cambriolage avec sa femme dans leur demeure de Combs-la-Ville en Seine-et-Marne. Pendant plus de 45 minutes, le couple est frappé et insulté par quatre hommes prêts à tout pour s’emparer d’un fameux coffre dont l’homme d’affaires s’est borné à jurer qu’il n’existait pas. Si Dominique a eu les mains ligotées et a été traînée par les cheveux par les agresseurs, Bernard Tapie, lui, a reçu des coups au visage et a été frappé à la tête avec une matraque.

Les quatre individus ont même menacé les Tapie de foutre le feu à la maison” en les laissant ligotés. Des propos insoutenables pour le couple qui a fini traumatisé mais toujours debout. “Ils étaient prêts à nous tuer et on est vivants, a-t-il assuré. Ce sont les derniers clous de ma croix. Maintenant je peux entamer ma résurrection !” Le combat continue.

Source: Lire L’Article Complet