Bernard Tapie : ce silence qui inquiète

Fin octobre, la cour d’appel de Paris annonçait que le procès de Bernard Tapie dans l’affaire de l’arbitrage controversé du Crédit Lyonnais avait dû être reporté en raison de l’état de santé de l’homme d’affaires. Depuis, plus un mot. Un silence qui suscite fantasmes et inquiétudes.

Que devient Bernard Tapie ? Si la question est sur toutes les lèvres, elle demeure pourtant en suspens. Hormis quelques apparitions ces derniers mois, notamment dans le cadre de son procès dans l’affaire de l’arbitrage du Crédit Lyonnais, l’ancien président de l’Olympique de Marseille se fait très rare… et très silencieux concernant son état de santé jugé inquiétant. Fin octobre, la cour d’appel de Paris a justement ordonné que le procès de l’homme d’affaires soit reporté au mois de mai, dans l’attente d’une expertise médicale, le principal intéressé étant très affaibli par son double cancer de l’estomac et de l’oesophage. Pour rappel, Bernard Tapie avait été contraint de s’absenter du tribunal, le 21 octobre dernier, en raison de sa maladie qui aurait “très gravement progressé”, selon son avocat Hervé Témime.

Malade depuis plus de deux ans, Bernard Tapie, qui avait un temps arrêté les soins, s’est récemment essayé à un traitement expérimental, débuté il y a plusieurs mois et administré en Belgique. Comme il l’expliquait en août dernier à nos confrères belges du Soir, il a accepté d’être un “cobaye” pour la médecine en testant un protocole de soins fondé sur l’immunothérapie, une technique qui consiste à administrer aux patients des substances stimulant les défenses immunitaires des malades atteints de cancers hématologiques, de maladies dégénératives et/ou auto-immunes. Un traitement encourageant, mais lourd de conséquences pour celui qui a eu beaucoup de mal à supporter les effets secondaires. Cet été, l’ancien ministre estimait en effet être “dans un état végétatif” : “Je suis incapable de mener une activité qui soit à la hauteur de ce que je sais faire.”

Un nouveau traitement expérimental entamé à l’institut Gustave-Roussy

Plus récemment, son avocat Hervé Témime a fait savoir que son client avait été admis à l’institut Goustave-Roussy (Val-de-Marne), spécialisé dans la lutte contre le cancer, où il doit essayer un nouveau traitement “quasi expérimental” en attendant l’éventuelle reprise de son procès. Du répit, Bernard Tapie en a finalement très peu eu. Lorsqu’il a abordé l’année 2020, et alors qu’il était déjà malade, sa seule joie était de pouvoir remonter sur les planches pour jouer la pièce Vol au-dessus d’un nid de coucou aux Folies Bergère. Prévue pour mai, celle-ci a finalement été mise en stand by en raison de sa santé trop fragile.

Un premier confinement dans la campagne de Seine-et-Marne

Ayant visiblement besoin de repos, plus qu’à l’accoutumée, Bernard Tapie s’était confiné dans la maison qu’il possède à côté de Brie-Comte Robert (Seine-et-Marne). Une propriété ayant appartenu à la célèbre famille de parfumeurs Coty, ainsi qu’à l’industrielle Helena Rubinstein, qu’il a louée pendant une dizaine d’années et qu’il a décidé de racheter en 2010. Soutenu par son épouse Dominique dans cette période, le principal intéressé se disait “heureux” de surmonter cette période en couple : “Elle a trouvé un cuisinier et moi j’ai trouvé une femme de ménage, le cuisinier c’est moi, la femme de ménage, c’est elle !”, avait-il confié, en avril, à nos confrères de France Info. En juillet dernier, Bernard et Dominique Tapie ont profité du vent de liberté qui s’offrait à eux pour passer quelques jours de vacances dans le sud, à Saint-Tropez plus précisément. Un bonheur qui a été de courte durée.

Des annonces de mort récurrentes

Dès le mois suivant, Bernard Tapie, ainsi que ses proches, sont tombés des nues en découvrant sa mort à l’antenne de L’Équipe 21. Alors qu’il se disait prêt à se battre un mois auparavant, la chaîne a déclenché un tollé sur les réseaux sociaux, après l’annonce sur un bandeau rouge en bas de l’écran de son décès : “Breaking news : Décès de B.Tapie (1943 – 2020) ex-président de l’OM”. Si le bandeau n’est resté qu’une seconde à l’écran, le mal était fait… La séquence en question a d’ailleurs été examinée par le CSA ce mercredi 4 novembre.

Bandeau de L'Equipe annonçant la fausse mort de Bernard Tapie- Le CSA examine aujourd'hui cette séquence du 28 août dernier #EDE pic.twitter.com/xfWTmLXIRp

Sa fille Sophie évite de répondre aux questions sur son état de santé

Outrée par cette fake news, sa fille Sophie avait aussitôt réagi, repostant un message qui qualifiait L’Équipe 21 de “pires saloperies que le journalisme français ait porté”. Une colère justifiée, d’autant que ce n’était pas la première fois que ce type d’erreur circulait. En octobre 2019, le site du Monde avait déja publié par erreur la nécrologie de Bernard Tapie, qui avait rapidement été effacée.

Y a pile un an, le journal LeMonde publie par erreur une nécrologie préparée d'avance sur la mort de Bernard Tapie. pic.twitter.com/9z8KFMs0Cc

Mais alors que l’état de santé de son père suscite inquiétudes et fantasmes, la jeune femme tient aujourd’hui à rester la plus discrète possible à ce sujet. Le 31 octobre, alors qu’elle postait une photo d’elle en costume d’Halloween, Sophie Tapie a une nouvelle fois été sollicitée par ses fans qui s’inquiétaient de ne pas avoir de nouvelles de l’ex-ministre de la Ville. “Peut-on avoir des nouvelles du patron ?”, s’interrogeait l’un d’entre eux. Une question restée sans réponse

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet