Brigitte Macron désemparée après la naissance de son premier enfant

Dans une interview fleuve accordée au magazine Elle, Brigitte Macron se confie sur de nombreux sujets ce vendredi 11 septembre. La Première dame de France est notamment revenue sur les jours d’angoisse qui ont suivi son premier accouchement.

Brigitte Macron, née Trognieux à Amiens en 1953, est l’heureuse mère de trois enfants, issus de son premier mariage en 1974 avec André-Louis Auzière. Elle est également une grand-mère comblée avec sept petits-enfants. Après sa Une pour Paris Match, c’est au magazine Elle que la première dame a décidé de se confier, à propos de la maternité. Un an après sa première union, Brigitte Macron accouche de son premier enfant, son fils Sébastien. Elle est alors âgée de 21 ans – suivront ensuite Laurence en 1977 puis Tiphaine en 1984 – et se sent complètement dépassée par la situation. A la sortie de la clinique : une seule envie, y retourner pour échapper aux responsabilités et à la peur de mal faire. “On ne dit jamais à quel point une jeune mère peut être démunie. A 21 ans, juste après la naissance de mon premier enfant, j’étais devant la maternité en train d’attendre son papa pour rentrer à la maison, et j’ai voulu faire demi-tour, courir me réfugier à la maternité”. Pour l’épouse d’Emmanuel Macron, il est primordial de déculpabiliser les femmes et de faire connaître son expérience afin que d’autres jeunes mamans se sentent moins seules.

Déculpabiliser les jeunes mères

“J’avais peur de ne pas savoir, peur qu’il ne lui arrive quelque chose. Il a passé ses trois premières semaines à hurler nuit et jour”. Un médecin a été appelé au chevet du nouveau-né, assurant qu’il était en parfaite santé et que Brigitte reportait sur lui ses angoisses, et pourtant : “Un jour on a compris qu’il souffrait d’un problème médical et il a été opéré”. Pour Brigitte Macron, hors de question de faire croire que toutes les autres jeunes mères y arrivent “dans la joie et l’allégresse”. “Protéger les enfants, c’est aussi soutenir davantage les mères, cesser de les culpabiliser. Être maman pour la première fois c’est dur, et personne ne le dit !”, conclut la Première dame.

Source: Lire L’Article Complet