“C à Vous” : le témoignage glaçant de Zarie Sibony, rescapée de l’attentat à l’Hyper Cacher

Mardi 22 septembre 2020, Zarie Sibony était invitée sur le plateau de C à Vous sur France 5. Rescapée de l’attentat de l’Hyper Cacher de 2015, elle a raconté les effroyables 4 heures et 4 minutes qu’elle a passées face à Amedy Coulibaly.

Restez informée

Le 1er septembre 2020 a débuté le procès des attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et de l’Hyper Cacher survenus en 2015. Mardi 22 septembre 2020 à la barre des assises de Paris, Zarie Sibony, une des deux caissières de l’Hyper Cacher de Vincennes, est venue témoigner de l’enfer qu’elle a vécu durant 4 heures et 4 minutes. “C’était les quatre heures les plus horribles de toute ma vie”, a-t-elle déclaré à l’audience où étaient présents nos confrères de France Info. Invitée sur le plateau de C à Vous le soir-même, la jeune femme, qui vit aujourd’hui en Israël, a raconté face à Anne-Elisabeth Lemoine ce moment interminable face à Amedy Coulibaly. “Avant de tirer il me dit la phrase : ‘ah t’es pas encore morte toi tu ne veux pas mourir’ et là y’a la détonation, se souvient Zarie Sibony. En me levant après, j’ai vu l’impact de la balle à quelques millimètres dans ma caisse mais je ne sais pas comment et pourquoi il m’a ratée alors qu’il était vraiment en face de moi.”

“J’étais sûre de mourir”

“Ce jour-là vous pensiez que c’était fini, vous étiez sûre ?” lui demande Anne-Elisabeth Lemoine. “J’étais persuadée de mourir. La question c’était pas, ‘est-ce que je vais mourir ?’, j’étais sûre de mourir, la question c’était ‘quand est-ce que ça va arriver ?, est-ce que c’est tout de suite, dans une seconde, dans 5 minutes ?’ (…) et la question c’était est-ce que ça va être une balle dans la tête rapidement ou est-ce que ça allait faire aussi mal que Yoann qui était derrière nous et qui agonisait ? “, dévoile la jeune miraculée avec une immense émotion. Elle décrit ensuite la personnalité perverse du terroriste, à qui elle confie n’avoir “jamais pu faire confiance”.

“D’un côté il tirait froidement une balle dans la tête de quelqu’un, il le tuait comme ça de sang froid, et de l’autre, quand je lui ai demandé si je pouvais aller nettoyer parce qu’il y avait un enfant avec nous qui était malade et qui a vomi, il m’a regardée il m’a dit ‘bien sûr, faites le nécessaire, qu’on dise pas que je fais du mal aux enfants (…) Pour moi ça reste une personne de totalement inhumaine”, a conclu Zarie Sibony.

Source: Lire L’Article Complet