«  Ca c’est une humiliation au fer rouge  » : Eric Dupond-Moretti raconte une terrible scène de mépris à son égard

Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti raconte dans le livre Reste à ta place (Albin Michel) de Sébastien Le Fol une scène d’humiliation dont il a été victime par le passé.

Pour surmonter une humiliation rien de mieux que de cultiver la niaque du revanchard et de s’armer… d’humour. Le compagnon d’Isabelle Boulay, Eric Dupond-Moretti le démontre en évoquant, sourire aux lèvres, dans le livre Reste à ta place (Albin Michel) de Sébastien Le Fol, son premier séjour à Paris en tant que jeune avocat. « Je vois bien que l’on me prend pour un hobereau avec de la paille qui sort des poches. Je m’en moque, dit-il. J’arrive avec la rage de Rastignac et je vais chez Ungaro, avenue Montaigne. Je dois avoir l’air tellement plouc, tellement pas dans mon élément, j’achète une veste en tweed, je l’ai toujours d’ailleurs, et quand je remonte à Lille, j’apprends que la maison Ungaro a appelé mon banquier pour savoir si mon compte était approvisionné. Ça, c’est une humiliation au fer rouge. Là, je me dis : non seulement je n’ai pas les codes, mais je n’ai pas la gueule ». Devenu garde des Sceaux, l’ex ténor du barreau, très fier de ses origines, assume son « désir de revanche sociale ». « Elle s’ajoute à ma volonté personnelle », martèle-t-il.

Une parole très intime

Comme Eric Dupond-Moretti, Fabrice Luchini, Nicolas Sarkozy, Michel Onfray, Jeannette Bougrab ont accepté de témoigner dans le livre de Sébastien Le Fol de ces humiliations qui les ont forgés. « On ne triche pas avec de tels souvenirs, constate le journaliste. C’est une parole très intimes. Et lorsque je leur ai proposé de relire leurs propos, ils n’en ont pas touché une ligne. Montrer ses failles est pourtant un tabou français. Mais ils étaient tous fiers d’avoir surmonté ce mépris auquel ils ont été confrontés, tout en refusant de passer pour des victimes» (…)

Retrouvez l’intégralité de cet article dans Gala en kiosques le 25 novembre.

Crédits photos : Aurélien Morissard/Panoramic/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet