"Ce geste me touche" : L'étonnante réaction d'Isabelle Adjani concernant la gifle de Will Smith

Quelques mois après la polémique autour de Will Smith, Isabelle Adjani a pris position.


La dernière cérémonie des Oscars a été marquée par la fameuse gifle infligée par Will Smith à Chris Rock après une blague déplacée concernant sa femme Jada Pinkett Smith. Après avoir démissionné de l’académie et avoir été banni des cérémonies durant dix ans, l’acteur a été tiraillé à cause des nombreuses retombées.

Critiquée pour sa réaction, Jada Pinkett Smith a attendu plusieurs mois avant de prendre publiquement la parle à ce sujet dans son émission Red Table Talk. « Mon espoir le plus profond est que ces deux hommes intelligents aient l’opportunité de cicatriser, d’en parler et de se réconcilier. Dans le monde dans lequel on vit, on a besoin d’eux. Et nous avons tous besoin les uns des autres. En attendant, Will et moi continuons de faire ce que nous avons toujours fait depuis 28 ans. Et c’est comprendre la vie à deux. Étant donné ce que j’ai vécu d’un point de vue médical, et ce qui s’est passé aux Oscars, des milliers de personnes m’ont contacté. Je veux profiter de ce moment pour offrir aux gens qui souffrent comme moi d’alopécie une opportunité de s’exprimer, et de raconter ce que cela fait de vivre avec cette maladie. Pour informer les gens sur ce qu’est réellement l’alopécie » s’est désolée la mère de famille.

Au cours d’une entrevue accordée au site Troiscouleurs,Isabelle Adjania elle aussi eu l’occasion de commenter ce geste alors qu’elle était interrogée sur le départ d’Adèle Haenel de la cérémonie des Césars en 2020 suite à la remise d’un prix à Roman Polanski. Celle qui a souffert de la notoriété a déclaré dans un premier temps: « Je l’ai pris pour ce que c’était, un moment sans artifice. Ça ne va pas être politiquement correct de dire ça, mais c’est comme le geste de Will Smith. Je ne le prends pas mal non plus. Ce geste d’Adèle Haenel, je ne l’ai pas vécu comme une exclusion de Polanski, une mise à mort de son être artistique. »

Avant de poursuivre: « Je trouve ça incroyable cette façon de puritaniser absolument toute action un peu en marge, un peu punk. Parce qu’il file une claque à l’autre, on va le rayer de tout ? C’est terminé, on le déclasse définitivement ? Quel cauchemar ! Peut-être qu’il aurait mieux fait de prendre un Xanax avant d’y aller, c’est sûr. Mais bon. C’est tout à coup la vie qui surgit et fout le bordel dans tout ce cérémonial. Moi, ce geste me touche. Je préfère ça à la bonne conduite. Et Adèle, c’est la même chose, c’était comme une électrocution liée à son post-trauma. »

Voilà qui est dit !

GZ

A voir également : Isabelle Adjani égérie L’oréal

Source: Lire L’Article Complet