“Ce n’est pas mon ennemi” : cette époque où Emmanuel Macron ne se méfiait pas de Jean-Luc Mélenchon

Mis en difficulté par Jean-Luc Mélenchon et la Nupes lors du premier tour des législatives, Emmanuel Macron a opté pour une stratégie claire : diaboliser le leader insoumis. Mais celle-ci peine à convaincre, tant elle contraste avec ses prises de position passées sur son adversaire…

A propos de


  1. Jean-Luc Mélenchon


  2. Emmanuel Macron

Qu’il est loin le temps où la Macronie célébrait ses « valeurs communes » avec Jean-Luc Mélenchon. Au coude-à-coude avec la Nupes lors du premier tour des législatives dimanche dernier, la majorité a radicalement changé de ton : après la drague lourde observée lors de l’entre-deux-tours de la présidentielle, pour battre Marine Le Pen, place aux violentes attaques pour disqualifier son adversaire. « Le programme de la Nupes, c’est tous les clichés du monde soviétique« , a par exemple lâché Christophe Castaner, tandis que la ministre Amélie de Montchalin, en difficulté dans la 6e circonscription de l’Essonne, a osé parler d' »anarchistes« . Même Élisabeth Borne a lâché ses coups en qualifiant Jean-Luc Mélenchon de « Premier menteur« , en allusion à ses rêves de Matignon.

Problème, personne n’a oublié les prises de position passées. Et notamment l’époque où Emmanuel Macron ne voyait pas Jean-Luc Mélenchon comme un danger pour la République. « On n’a pas toujours les mêmes idées, on a des confrontations politiques, mais ce n’est pas mon ennemi« , se félicitait le chef de l’État en 2018, comme le rappelle aujourd’hui Le Figaro. Au cours d’un bref échange avec Jean-Luc Mélenchon à Marseille, devant les caméras, Emmanuel Macron avait affirmé que le Rassemblement national était sans « aucun doute » plus dangereux que La France insoumise. Soit un discours bien différent de celui de cet entre-deux-tours des législatives.

VIDEO – Rencontre nocturne improvisée entre Emmanuel Macron et Jean Luc Mélenchon sur le Vieux-Port de Marseille. Échange de politesses et rétropédalage sur fond de campagne europé[email protected] pic.twitter.com/j744SJHZpZ

PHOTOS – Découvrez notre diaporama sur Renaud et les people qui ont voté pour la Nupes de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon peut-il devenir Premier ministre ?

Il faut dire qu’à l’époque, Jean-Luc Mélenchon était loin de représenter une menace pour la majorité : le leader insoumis est à la tête d’un groupe de 17 députés à l’Assemblée. Quatre ans plus tard, va-t-il devenir Premier ministre ? Si cela paraît compliqué, ses soutiens y croient encore dur comme fer. Arrivée juste derrière Ensemble lors du premier tour, avec 25,66% des voix contre 25,75%, la Nupes aura cependant besoin d’une mobilisation massive pour imposer une cohabitation. Selon un sondage publié par LCI mercredi, l’alliance de la gauche remporterait 180 à 210 sièges, ce qui serait insuffisant. Mais pas de quoi rassurer le camp d’Emmanuel Macron, toujours inquiet de ne pas obtenir la majorité absolue (289 sièges). Et qui devrait donc continuer à taper fort sur Jean-Luc Mélenchon…

Crédits photos : Jacques Witt/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet