Cédric Jubillar : cette contrainte qui complique le travail de ses avocats

Cédric Jubillar a essuyé un nouveau refus du juge des libertés et de la détention de Toulouse ce lundi 13 juin. Il restera encore six mois en détention. Les avocats du suspect principal dans l’affaire de la disparition de Delphine Jubillar ont dénoncé un lourd paramètre qui complique leur défense, dans un entretien accordé au Figaro en janvier dernier.

A propos de


  1. Cédric Jubillar


  2. Delphine Jubillar

C’est une nouvelle douche froide pour Cédric Jubillar. Mis en examen pour « homicide volontaire sur conjoint » dans l’affaire de la disparition de sa femme, l’infirmière Delphine Jubillar, le père de famille n’a de cesse de clamer son innocence auprès du juge des libertés et de la détention de Toulouse. Ce dernier a cependant refusé une fois de plus sa demande de remise en liberté ce lundi 13 juin, prolongeant ainsi sa détention provisoire de six mois. Présumé innocent jusqu’à preuve du contraire, ses trois avocats, Maîtres Marin, Allary et Franck, ont pointé du doigt une contrainte non négligeable qui complique leur travail de défense, dans une interview donnée au Figaro en janvier dernier. Il s’agit de la médiatisation de l’affaire, qui influence fortement l’opinion publique.

« Cette médiatisation est compliquée car nous avons une défense à faire dans les prétoires, mais une défense également à réaliser dans les médias, a indiqué Maître Emmanuelle Franck au journal. Parce que les téléspectateurs, les lecteurs d’aujourd’hui sont les jurés de demain. Nous ne pouvons pas faire l’impasse sur cette défense. Si on laisse Cédric Jubillar être écrasé dans l’opinion publique, il sera déjà écrasé avant même l’ouverture d’un potentiel procès. » Pour son confrère Maître Alary, cela reste pourtant « un dossier qui doit être traité comme tous les autres, avec la même attention, la même abnégation, la même combativité. La seule différence est la médiatisation. »

« Un dossier extrêmement lourd qui oblige, engage, préoccupe en permanence »

Le paramètre de la médiatisation et de la surexposition dans les médias joue également sur les nerfs des trois défenseurs de Cédric Jubillar. « À titre personnel, c’est un dossier extrêmement lourd qui oblige, engage, préoccupe en permanence. Nous sommes soumis à des pressions médiatiques et judiciaires. Il ne se passe pas une demi-journée sans que l’on soit sollicité. Cela demande un investissement personnel extraordinaire », a confié Maître Martin.

D’autant plus que du point de vue de l’histoire, les procès médiatisés sont souvent soldés par des échecs pour les avocats des suspects.« Cette enquête s’enlise autour d’un mystère qui perdure, avec les mêmes dérapages médiatiques et les mêmes dérapages de la gendarmerie que l’on a pu observer dans l’affaire Grégory… C’est la chronique d’un désastre judiciaire annoncé », a redouté Maître Martin. Et d’ajouter que d’autres pistes que celles du meurtre sur conjoint restent à creuser : « Est-elle séquestrée quelque part ? A-t-elle rencontré un individu malfaisant ? On ne le sait pas. (…) Mais s’il y a un intérêt à creuser d’autres pistes, il ne faut pas les annoncer publiquement. »

Crédits photos : @CAPTURE D’ÉCRAN / BFMTV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet