Cédric Jubillar reste en prison : cette piste qui n’a pas convaincu les enquêteurs

Après quelques jours de suspens, le verdict est tombé, Cédric Jubillar reste en prison. Pour la troisième fois, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse a refusé d’accéder à sa demande de remise en liberté.

Cédric Jubillar peine à convaincre les enquêteurs. Un an après la disparition de Delphine Jubillar, le suspect principal, détenu à l’isolement à la maison d’arrêt de Seysses depuis l’été dernier, continue de clamer son innocence, malgré les témoignages accusateurs de son ancien co-détenu. Et alors que ses avocats ont déposé une troisième demande de remise en liberté aux premiers jours de l’année, avançant un nouvel argument, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse, peu convaincue par l’hypothèse avancée, a décidé de maintenir en détention l’époux de la disparue.

Pour convaincre les magistrats de l’innocence de Cédric Jubillar et obtenir sa remise en liberté, ses avocats ont émis l’hypothèse que « Delphine Jubillar ait pu sortir d’elle-même du domicile, le soir de sa disparition, en décembre 2020 », comme le rapporte Le Parisien. Un argument qui n’a pas eu l’effet escompté, les enquêteurs étant persuadés de sa culpabilité. « Ces derniers pensant que le mari a tué Delphine Jubillar lors d’une dispute, dans leur maison de Cagnac-les-Mines, après avoir lu un SMS de l’amant de son épouse, sur son téléphone », rappelle le quotidien. Un an après les faits, la disparition de Delphine Jubillar reste un mystère. Si les enquêteurs se donnent corps et âme pour résoudre cette affaire, sans corps, ni scène de crime, les recherches piétinent.

Ce témoignage qui accable Cédric Jubillar

De ce fait et après les accusations portées à son encontre « par l’un de ses voisins de cellule », Cédric Jubillar « sera de nouveau entendu début février », révèlent ses avocats. En effet, le 10 janvier dernier, Marco, incarcéré à la maison d’arrêt de Seysses au même moment que Cédric Jubillar, a fait des révélations fracassantes dans les colonnes du Parisien. « Il m’a expliqué avoir suivi sa femme en la géolocalisant, avoir tenté de pirater son téléphone sans succès. Il savait ce qui allait se passer. Il attendait le moment propice pour s’en débarrasser« , affirme alors l’ex-détenu avant d’ajouter que le suspect lui a indiqué avoir enterré le corps de Delphine « dans un endroit qui a déjà brûlé ». Si ce lieu a déjà fait l’objet de recherches, il sera de nouveau examiné par les enquêteurs dans les prochaines semaines.

Crédits photos : Capture d’écran Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet