Cédric Jubillar : sa mère, en larmes, doute de l’innocence de son fils

L’étau se resserre encore autour de Cédric Jubillar. En détention provisoire pour homicide sur conjoint, plus de six mois après la disparition de son épouse Delphine, il ne semble plus pouvoir compter sur le soutien de sa maman Nadine, qui le pense coupable.

C’est un témoignage qui risque de peser très lourd. Placée en garde à vue le 16 juin comme son fils, mis en examen pour meurtre 48h plus tard, la maman de Cédric Jubillar a fait des révélations choc face aux enquêteurs. Car l’homme de 33 ans, qui vivait mal la séparation voulue par Delphine Jubillar, aurait évoqué le fait de tuer son épouse devant sa maman. “Elle m’énerve. Je vais la tuer, je vais l’enterrer et personne ne la retrouvera“, aurait-il dit quelques semaines avant la disparition de l’infirmière, dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines (Tarn). Des mots qu’elle n’aurait toutefois “pas pris au sérieux“.

De quoi renforcer l’accusation et les soupçons autour de Cédric Jubillar. Y compris aux yeux de sa maman. Marquée par les éléments à charge présentés, elle a craqué devant les gendarmes. A la question “pensez-vous aujourd’hui que votre fils est impliqué dans la disparition de son épouse ?“, elle a répondu par l’affirmative selon La Dépêche du Midi. “Oui, je le pense…“, a admis Nadine, en larmes, la tête dans ses genoux. Avant la mise en examen de son fils, elle n’hésitait pourtant pas à répondre véhément à ceux qui soupçonnaient le peintre plaquiste.

Demande de remise en liberté de Cédric Jubillar

La phrase prononcée par Cédric Jubillar, également entendue par un témoin anonyme, pourrait rendre la tâche encore plus difficile à ses avocats. Mardi 6 juillet, leur demande de remise en liberté du peintre plaquiste, qui reste présumé innocent jusqu’au définitif de l’affaire, sera examinée par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse. “A ce stade du dossier, sans corps, sans connaître les origines d’un décès dont on ignore jusqu’à la réalité, retenir une intention d’homicide est ahurissant“, avait réagi Me Jean-Baptiste Alary après la mise en examen de son client.

Crédits photos : Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet