« C'est bon d'être à la maison » : Meghan Markle brise le silence

À l’occasion d’un sommet virtuel “avec des femmes de premier plan en politique et en politique publique”, Meghan Markle s’est confiée sur son retour aux États-Unis.

Après un passage express au Canada, et un séjour dans un somptueux manoir à Los Angeles, Meghan Markle et le prince Harry ont enfin trouvé la maison de leurs rêves. C’est à Santa Barbara que le couple le plus sulfureux de la famille royale britannique compte profiter de sa liberté retrouvée. “Ils se sont installés dans une communauté calme et privée, et ils espèrent que leur intimité sera respectée autant pour leurs voisins que pour eux-mêmes en tant que famille”, a indiqué l’un de leurs représentants au site E-Online. Lors d’une interview accordée par visioconférence à Emily Ramshaw, la co-fondatrice du nouveau site The 19th*, Meghan Markle s’est confiée sur son retour aux États-Unis qu’elle semble vivre comme une délivrance. En ayant quitté officiellement la famille royale et son protocole, la maman d’Archie a pu renouer avec ses engagements politiques et notamment sa lutte pour les droits des femmes et contre le racisme.Meghan Markle heureuse d’avoir retrouvé sa voix

À peine arrivée à Los Angeles, Meghan Markle a pris la parole sur le meurtre de George Floyd. “Je suis passée de la tristesse à un sentiment d’inspiration absolue, car je vois que le vent tourne”, a-t-elle déclaré lors d’un sommet “virtuel avec des femmes de premier plan en politique et en politique publique” organisé par The 19th*. “De mon point de vue, ce courant sous-jacent de racisme et de préjugés – certainement inconscients – n’est pas nouveau. Mais voir les changements qui sont faits en ce moment… c’est quelque chose dont j’ai hâte de faire partie, en utilisant ma voix d’une manière que je ne pouvais pas ces derniers temps. Alors oui, ça fait du bien d’être à la maison”, a-t-elle lancé, bien prête à reprendre du service pour les causes qui lui tiennent à cœur.

L’ancienne duchesse de Sussex est également revenue sur le harcèlement qu’elle a reçu des tabloïds. “Il y a tellement de toxicité. Si vous essayez simplement d’attirer l’attention de quelqu’un et de la garder, vous optez pour quelque chose de salace plutôt que de vrai”, a-t-elle déploré. Elle a ajouté : “Ce qui est fascinant, du moins de mon point de vue et de mon expérience personnelle au cours des deux dernières années, c’est de voir que les seuls titres accrocheurs laissent une empreinte.”

Crédits photos : Bestimage

Source: Lire L’Article Complet