“C’est le pire scénario” : le camp d’Emmanuel Macron affolé après les législatives

Les législatives ont un goût amer en Macronie. Loin d’avoir obtenu la majorité absolue à l’Assemblée, le président et ses troupes pourraient renforcer leur alliance avec le MoDem et Horizons et cela fait grincer des dents, comme l’a indiqué BFMTV.

A propos de


  1. Emmanuel Macron


  2. Édouard Philippe


  3. François Bayrou

Un lendemain difficile. Avec 245 sièges sur 577, l’alliance présidentielle Ensemble ! a obtenu l’assurance d’être la force politique la mieux installée au Palais Bourbon, mais pourrait bien se voir fortement ralentie dans la mise en œuvre de son programme par la percée de la Nupes et du RN. Pour faire barrage, le camp d’Emmanuel Macron devra certainement s’assurer de la fidélité d’Édouard Philippe et de François Bayrou. Un schéma qui ne passe pas pour certains : “Ils vont bien nous emmerder tout le quinquennat maintenant. […] La question, c’est à partir de quand ils décident de marquer le premier acte de leur indépendance. C’est le pire scénario pour nous”, a pesté un cadre du parti présidentiel auprès de BFMTV.

Si certains ont fulminé, d’autres n’ont pas considéré ce lien renforcé avec le MoDem et Horizons comme un danger pour l’actuel locataire de l’Élysée et ses troupes. “On a toujours bossé avec les autres. […] Soyez certains que nous trouverons les moyens d’agir au mieux pour les Français”, a-t-on assuré dans le camp du chef de l’État. Comme l’ont précisé nos confrères, les députés appartenant à la formation de l’ancien Premier ministre et à celle de l’ex-ministre de la Justice se sont d’ailleurs engagés à “soutenir l’ensemble des engagements d’Emmanuel Macron” et à “siéger dans l’un des groupes de la coalition présidentielle”. Reste à savoir si cela rassurera chez LREM.

>> PHOTOS – Gouvernement d’Emmanuel Macron : Gérald Darmanin, Pap Ndiaye… découvrez les ministres d’Elisabeth Borne

Edouard Philippe tente de calmer les esprits

Meilleurs ennemis ou alliés ? Entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe, les liens sont compliqués. Pourtant, l’ancien bras droit du Président a défendu à de multiples reprises sa loyauté et a précisé dans les colonnes de Paris Match, jeudi 16 juin, que sa formation n’était pas “une machine à laver d’anciens LR” tout en proposant “la construction d’une aventure collective, avec ceux qui le souhaitent”. Et d’ajouter : “Ce n’est pas forcément de moi dont il devra se méfier en termes de loyauté…

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet