« C’est mort ? » : Karine Lacombe pas optimiste sur la réouverture des bars et restaurants

A propos de

  1. Karine Lacombe

L’avenir ne semble pas s’éclaircir. Le 17 décembre dernier, le Dr Martin Blachier, qui était invité à l’antenne de CNews, s’était montré plutôt pessimiste au sujet de la réouverture des bars et des restaurants, annoncée pour le mois de janvier selon les dernières mesures prises par le gouvernement.Qui aujourd’hui pense vraiment qu’on va rouvrir les restaurants en janvier ? Personne“, avait-il affirmé dans l’émission Punchline. Ce mercredi 23 décembre, l’infectiologue Karine Lacombe a elle aussi été interrogée sur cette question pour le moins sensible, alors qu’elle était l’invitée d’Apolline de Malherbe sur BFMTV. “On a bien compris que pour ce qui est de la réouverture des restaurants et des cafés le 20 janvier, cette date c’est mort ?”, lui a demandé la journaliste.

À ce sujet, Karine Lacombe a préféré jouer la carte de la prudence : “Je pense que ça va être assez compliqué. C’est une décision politique et économique qui va être extrêmement difficile à prendre”, a-t-elle indiqué en préambule. “Il va falloir la prendre (cette décision, ndlr) à l’aune de la situation sanitaire et pour l’instant, la situation sanitaire n’est pas très encourageante. Il va falloir voir en début d’année“, a-t-elle déclaré, avant de donner une date approximative à laquelle le gouvernement pourrait, selon elle, réétudier la question : “Je pense qu’on va vraiment savoir aux alentours du 10 janvier ce qu’il va falloir qu’on fasse pour la suite”, a estimé l’infectiologue.

Pr Karine Lacombe: "Ça va être assez compliqué" de rouvrir les bars et les restaurants le 20 janvier pic.twitter.com/jE0DwyXnd3

“Nous n’avons pas réussi à casser la dynamique de l’épidémie telle qu’on l’espérait”

Lors de cet entretien, Karine Lacombe a en effet tenu à rappeler que l’épidémie de Covid-19 n’était “pas du tout sous contrôle” : “Malgré les efforts qui ont été faits ces dernières semaines, ou plutôt ces deux derniers mois, on voit bien que nous n’avons pas réussi à casser la dynamique de l’épidémie telle qu’on l’espérait, probablement pour plein de facteurs.” Curieuse, Apolline de Malherbe a demandé à son invitée à quels facteurs elle songeait. Et l’infectiologue de rétorquer : Il semblerait que le confinement et le couvre-feu n’aient pas été respectés. On sait qu’il y a eu beaucoup de fêtes clandestines dans beaucoup d’endroits en France. Elles sont à l’origine de la reprise de la transmission du virus, a-t-elle déploré, alertant aussi sur “les contaminations intra-familiales” à l’approche des fêtes de fin d’année.

Crédits photos : Capture d’écran BFMTV

Source: Lire L’Article Complet