« C’est plié mais mal plié » : Anne Hidalgo n’a pas que des amis au PS…

Alors que la maire de Paris peut compter sur de nombreuses personnalités de la gauche pour appuyer sa candidature à l’élection présidentielle de 2022, certaines figures du Parti Socialiste, aussi candidates à la présidence, ne cachent plus leur désaccord avec l’édile.

On ne peut pas plaire à tout le monde. Si la candidate à l’élection présidentielle, Anne Hidalgo est soutenue par de nombreux partisans de gauche, elle connaît aussi certaines oppositions. Le quotidien Le Monde en témoigne ce dimanche 19 septembre grâce aux confidences de quelques partisans du Parti Socialiste (PS). Si les rivalités avaient débuté depuis un moment déjà, elles se sont accentuées lors du 79ème Congrès du parti, par l’intermédiaire des représentants d’Anne Hidalgo, Jean-Christophe Cambadélis et Stéphane Le Foll. Les deux adversaires de la maire de Paris auraient demandé, pour plus d’équité, un débat télévisé pour exposer et différencier en direct chaque candidat du parti à la rose. Anne Hidalgo s’y est opposée. Et, pour ne froisser personne, le PS a décidé que le sort du seul représentant du parti pour 2022 était entre les mains des adhérents, via un vote.

Mais pour le maire du Mans, Stéphane Le Foll, ce vote ne résout rien : “On le sait, c’est plié, Anne Hidalgo sera investie”, avait-il lancé au quotidien national quelques jours plus tôt. Le candidat du PS dresse déjà le tableau : “Mais c’est mal plié. Et on va s’en apercevoir au fur et à mesure”. Stéphane Le Foll garde la décision du parti en travers de la gorge et le fait savoir : “Je demandais un débat car on n’en a jamais eu autant besoin, et il n’y en aura pas. On ne discute plus de rien au PS”, lâche le sexagénaire avant d’ajouter : “Si ça continue comme ça, le parti est en danger de mort”. Olivier Faure pourrait lui aussi ne pas faciliter la tâche à la candidate de 2022. En juillet dernier, une source se confiait sur les intentions du Premier secrétaire du PS : “Pour le moment, Olivier Faure n’a pas le choix. Il soutient Anne Hidalgo car il n’y a aucune personnalité socialiste qui émerge. Mais si en septembre ou octobre elle ne décolle pas dans les sondages, alors le couperet tombera”, avait analysé un élu de la gauche.

Le Congrès a tranché

Ces rivalités ont débuté il y a quelques mois déjà. Alors que la maire de Paris commençait à exposer ses idées pour 2022 dans plusieurs villes de l’Hexagone, le maire du Mans avait mis son grain de sel. L’ancien ministre de l’Agriculture avait ouvertement attaqué sa consœur de gauche dans le Figaro “Quel est son programme en dehors de grandes affirmations sur le vélo et la pollution atmosphérique, sans doute aussi sur la laïcité ?”, avait-il ironisé. La compétition est bel et bien lancée pour les candidats qui veulent s’avancer sur le parcours de l’élection présidentielle 2022 avec l’étiquette PS. Mais lors du Congrès, le parti l’a bien fait comprendre, il n’y aura qu’un seul représentant.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Eliot Blondet/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet