« C’est tout moi, même les fesses » : Vincent Lindon transformé assume son corps dans « Titane »

Vincent Lindon est à l’affiche de “Titane”, qui concourt pour la Palme d’or au Festival de Cannes 2021. Dans les colonnes du Journal du dimanche en kiosque ce 11 juillet, l’acteur dévoile les coulisses de ce rôle surprenant, pour lequel il apparaît métamorphosé.

Vincent Lindon bouscule ses habitudes avec Titane. Connu pour ses rôles tantôt dramatiques, tantôt comiques, l’acteur de 61 ans incarne cette fois un pompier à la musculature saillante. Dans une interview accordée au Journal du dimanche et publiée ce 11 juillet, le comédien se confie sur le tournage de ce film réalisé par Julia Ducournau. Dans ce long-métrage, il est absolument méconnaissable. Et pour ceux qui se poseraient la question : non, il n’a pas été doublé. “C’est tout moi, y compris les fesses !”, lance-t-il à nos confrères. Pour obtenir ce corps, la star de cinéma a travaillé dur : “J’ai toujours été sportif, mais j’ai suivi un entraînement poussé pendant un an et demi. Du développé couché, des haltères, de la course à pied. Depuis, c’est comme une drogue, je continue même si j’ai réduit la cadence.”

Il faut dire qu’à son âge, s’entraîner de manière aussi intensive n’est pas donné à tout le monde. “À 61 ans, ça ne va pas m’arriver souvent qu’on me propose un rôle aussi physique”, déclare l’ex-compagnon de Sandrine Kiberlain. Et de poursuivre : “L’entraînement des pompiers, c’est inouï, notamment la fameuse planche à 2,20 mètres du sol. Il faut se hisser, poser un coude puis l’autre. Ceux qui y arrivent d’un coup ont 20 ans, pèsent 60 kilos et courent à 15 km/h.”

“J’étais le doyen sur le plateau”

Tous ces efforts ont manifestement payé puisque Vincent Lindon est métamorphosé. Sur le tournage, il en a épaté plus d’un. “Ça m’amusait d’entendre un jeune dire : ‘Il est là, le vieux, quand même !'”, raconte-t-il, avant d’ajouter : “Pour la première fois, j’étais le doyen sur le plateau.” Un écart de génération qui s’est avéré très enrichissant pour le père de famille : “C’est comme si je tournais avec cinquante de mes enfants. Ils parlent d’autre chose à la cantine, s’habillent de manière différente. J’ai adoré cette ambiance.”

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : JACOVIDES-BORDE-MOREAU / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet