“Cet échec aurait pu me tuer politiquement” : Marine Le Pen hantée par son débat avec Emmanuel Macron

Marine Le Pen est en pleine campagne présidentielle, sa troisième. Et la candidate du Rassemblement national affirme avoir appris de ses erreurs passées, et notamment de ce débat raté face à Emmanuel Macron, pour lequel elle avait été très critiquée…

C’est une Marine Le Pen motivée pour remporter la prochaine élection présidentielle qui s’élance dans la campagne. C’est la troisième fois que l’ex-chef de file du Rassemblement national brigue le fauteuil de l’Élysée. Une expérience qui lui permet d’aborder la campagne autrement que les deux premières fois. Pour cette élection, Marine Le Pen a décidé de s’entourer de davantage de femmes dans son équipe, et notamment de sa sœur, Marie-Caroline, comme elle l’a indiqué à Paris Match, ce jeudi 13 janvier. “Elles me préservent. Et comme je ne sais pas dire non, elles le font à ma place. Elles prennent garde à ce que je ne termine pas comme en 2017, a-t-elle expliqué.

Des propos qui font directement référence à son débat raté face à Emmanuel Macron lors de l’entre-deux tours. Un débat qu’elle avait abordé épuisée et insuffisamment préparée selon l’hebdomadaire et pour lequel elle avait été vivement critiquée. “J’ai subi un lynchage, cet échec aurait pu me tuer politiquement”, a confié l’ex de Louis Aliot. Et d’ajouter : “Mais je suis allée chercher en moi les ressors et la force pour me relancer. Il me manquait peut-être ça : une vraie chute, un vrai échec…

> Découvrez en images la relation tumultueuse entre Marine Le Pen et son père Jean-Marie

Le regret de Marine Le Pen sur son débat de 2017

En mars dernier, Marine le Pen avait aussi évoqué un de ses regrets pour ce débat, dans le documentaire Face à face pour l’Élysée, diffusé sur LCP. La candidate du Rassemblement national avait fini par céder à une demande d’Emmanuel Macron. Le candidat de La République en marche souhaitait que des plans de coupe, laissant voir aux téléspectateurs les réactions aux propos de son adversaire, soient intégrés au montage. Marine Le Pen avait d’abord refusé cette technique. On lui aurait alors répondu : « Il aura des plans de coupe et pas vous. » « Et en réalité, je cède au chantage. Je n’aurais pas dû le faire mais j’ai cédé au chantage« , s’est souvenue la fille de Jean-Marie Le Pen.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet