Christophe Béchu ministre de la transition écologique : Sandrine Rousseau sort (déjà) la sulfateuse

Dans le cadre du remaniement du gouvernement annoncé ce lundi 4 juillet, Christophe Béchu a été choisi pour remplacer Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Une décision qui a fait grincer des dents l’écologiste Sandrine Rousseau.

A propos de


  1. Sandrine Rousseau

C’est officiel, la liste des nouveaux noms du gouvernement est tombée ce lundi 4 juillet au matin. Suite à la perte de la majorité présidentielle à l’Assemblée, Emmanuel Macron et Élisabeth Borne ont été contraints d’opérer un remaniement pour répondre à la volonté des Français exprimée dans les scrutins de juin. Parmi les ministères qui voient leur tête de proue changer : celui de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Amélie de Montchalin n’ayant pas été élue députée dans sa circonscription durant les législatives, elle est donc remplacée par Christophe Béchu. Cette nomination déplaît fortement à Sandrine Rousseau, qui a taclé le nouveau ministre sur Twitter ce lundi : « Une chose est déjà certaine : jamais croisé Christophe Béchu sur la moindre lutte écologiste », a-t-elle écrit.

Pour rappel, Christophe Béchu est une figure de la droite. Élu conseiller municipal de la commune d’Avrillé au milieu des années 1990, il est ensuite devenu adjoint au maire de 1998 à 2001. Il a été élu député européen de 2009 à 2011 puis conseiller régional des Pays de la Loire durant une année. Pendant dix ans, il s’est illustré au conseil général de Maine-et-Loire jusqu’en avril 2014. Sénateur de Maine-et-Loire depuis 2011, il occupe la fonction de maire d’Angers depuis avril 2014, avant d’intégrer le premier gouvernement d’Élisabeth Borne en tant que ministre délégué chargé des collectivités territoriales sous la double tutelle d’Amélie de Montchalin et de Gérald Darmanin. S’il est vrai que l’homme politique de 48 ans a peu d’expérience dans le domaine de l’écologie, Christophe Béchu avait toutefois revendiqué au magazine Décideurs d’avoir fait de sa ville « la smart city la plus aboutie en France », promouvant largement les mobilités douces (vélos et trottinettes en libre-service).

Une chose est déjà certaine : jamais croisé @ChristopheBechu sur la moindre lutte écologiste.

>> PHOTOS – Remaniement d’Emmanuel Macron : découvrez les ministres du gouvernement Borne II

Le patron de Greenpeace conteste également la nomination de Christophe Béchu

Sandrine Rousseau n’est pas la seule à avoir critiqué la nomination de Christophe Béchu à ce ministère. Comme l’écologiste qui s’était inclinée à la primaire d’EELV face à Yannick Jadot, Jean-François Julliard, président de Greenpeace, a indiqué ne « pas avoir souvenir d’un engagement particulier de Christophe Béchu sur l’écologie », qui est, comme il le rappelle, le « 6e ministre à ce poste en 5 ans » : « Nommer à un poste si important un responsable politique sans expérience sur les enjeux de transition écologique, et qui n’a quasiment jamais pris position sur les questions nationales ou internationales de climat ou d’environnement, démontre à la fois un réel manque d’ambition et l’incapacité du gouvernement à nommer une personnalité reconnue pour ses compétences sur les enjeux écologiques », a-t-il déclaré sur le site de l’ONG.

Crédits photos : Aurelien Morissard / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet