Claude Lelouch arrêté par la police à l’annonce de la mort de son ami Jean-Louis Trintignant

Jean-Louis Trintignant est mort ce 17 juin à 91 ans. Son ami de longue date, Claude Lelouch, qui a appris la nouvelle à la radio alors qu’il était en train de conduire, s’est fait arrêter par la police juste après. Il s’est confié au quotidien « Le Parisien ».

A propos de


  1. Jean-Louis Trintignant


  2. Claude Lelouch

Ensemble, ils avaient tourné cinq films, dont le cultissime Un homme et une femme en 1966. Jean-Louis Trintignant et Claude Lelouch devaient se retrouver pour un sixième long-métrage. Malheureusement, Jean-Louis Trintignant est décédé ce 17 juin à l’âge de 91 ans. Claude Lelouch, qui a appris la mort de son ami alors qu’il était en train de conduire, s’est confié au quotidien Le Parisien : « Juste après avoir appris la nouvelle à la radio, j’ai été arrêté par les policiers pour un excès de vitesse. Je leur ai dit que je venais d’apprendre la mort de Jean-Louis, ils m’ont reconnu et ils m’ont laissé partir. »

Dévasté, le réalisateur d’Itinéraire d’un enfant gâté l’est assurément : « J’ai perdu un père, un frère, un copain. C’est plus qu’un choc que je ressens, c’est un morceau de ma vie qui s’en va », précise-t-il, avant d’ajouter : « C’est le plus grand parmi les plus grands. Jean-Louis, c’est la première personne qui m’a dit oui, et avec ce « oui », j’ai pu faire tout le reste, il m’a ouvert toutes les portes de ce métier. Sa voix restera la plus belle voix du théâtre et du cinéma. »

Une amitié qui dure dans le temps

Claude Lelouch est revenu sur son amitié avec Jean-Louis Trintignant en dehors des plateaux de cinéma : « On s’entendait très bien parce qu’on était très complémentaires. Il était très angoissé, pensait beaucoup à la mort et voyait tout le temps le négatif. Moi, je suis tout le contraire, toujours optimiste. Ce mélange des deux faisait qu’on trouvait le juste milieu, ensemble », indique-t-il.

Quant à la personnalité de l’époux de Mariane Hoepfner Trintignant, Claude Lelouch précise : « C’était une énigme à lui tout seul, on avait envie de gratter pour en savoir plus. (…) Il faisait partie de ces gens dont on a envie de tout savoir. Il a aussi perdu deux enfants dans des conditions épouvantables (Pauline en 1969, puis Marie en 2003), ce qui l’a profondément meurtri, et il nous fait cadeau de ces cicatrices. » Et de conclure : « Il s’est servi de ces souffrances dans ces personnages, comme le font les grands acteurs. J’aime les gens qui m’apportent des choses, et lui m’en a apporté beaucoup. »

Article écrit en collaboration avec 6Médias

Crédits photos : SIPA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet