Clémence Guetté : qui est l’étoile montante du parti de Jean-Luc Mélenchon ?

La France insoumise est de retour à l’Assemblée nationale, avec 55 sièges de plus qu’à l’issue des législatives de 2017. Dans ses rangs, des figures emblématiques mais aussi de nouvelles têtes, comme Clémence Guetté. Portrait.

A propos de


  1. Jean-Luc Mélenchon


  2. Clémence Guetté

Première force d’opposition au camp présidentiel, la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) a réussi l’exploit de ramener la gauche au centre des négociations parlementaires pour les cinq prochaines années. Avec 131 sièges acquis, l’alliance regroupant La France insoumise, Europe Écologie Les Verts, le Parti socialiste et le Parti communiste, met en grande difficulté Emmanuel Macron pour son second quinquennat. Et si des visages emblématiques de LFI, tels que François Ruffin, Alexis Corbière ou encore Adrien Quatennens et Clémentine Autain, ont renouvelé leurs mandats de députés, de nouvelles recrues ont fait leur entrée au Palais Bourbon en qualité de députée, ce mardi 21 juin. Parmi elles, la prometteuse Clémence Guetté. Mais qui est-elle ?

À 31 ans, elle a remporté, avec plus de 64 % des voix, la 2e circonscription du Val-de-Marne face au macroniste sortant Jean-François Mbaye, ce dimanche 19 juin. Jusqu’ici secrétaire générale du groupe LFI à l’Assemblée et responsable du programme présidentiel de Jean-Luc Mélenchon, la jeune femme s’impose petit à petit dans le paysage politique français. Installée à Créteil depuis peu, Clément Guetté n’était au départ pas donné vainqueure du scrutin, mais en appuyant sur les thématiques de “pouvoir d’achat, de logement, d’école et de transports, mais aussi d’environnement” portées par son parti, l’élue a réussi son pari. Il y a quelque chose à faire, ce n’est pas une circonscription pour un macroniste. C’est une circonscription populaire”, avait-elle affirmé au Monde en mai dernier.

>> PHOTOS – Jean-Luc Mélenchon : découvrez les femmes qui ont compté dans sa vie

Immense fierté d'entrer ce matin à l'Assemblée Nationale, aux côtés de mes camarades.

Nous serons à la hauteur.#NUPES pic.twitter.com/TzgPB4vri6

Clémence Guetté au côté de Jean-Luc Mélenchon depuis 2010

Originaire de Bressuire, dans les Deux-Sèvres (79), Clémence Guetté naît en 1991 d’une mère professeure d’anglais et d’un père au foyer. Très tôt, l’ambition de faire bouger les lignes l’anime. “J’ai toujours ressenti une forme de révolte, de colère. Je viens d’une famille modeste sur le plan financier, j’ai grandi dans un environnement imprégné de discussions politiques, même si mes parents n’étaient pas militants”, explique-t-elle à Madame Figaro en mai 2022. “Cela a fait naître en moi une exigence de justice sociale. Je ne me résous pas à ce que des gens aient des conditions de vie si difficiles quand d’autres accumulent autant de richesses.”

Bachelière scientifique avec mention très bien, cette première de la classe se tourne vers une licence de lettres à Poitiers, qu’elle complète ensuite avec un master de sociologie politique à Science Po Paris. Sensible à la préservation de l’environnement, thématique phare du programme insoumis lors de la présidentielle et de la Nupes pour les législatives, l’étudiante boursière se forme sur un sujet durant un an à AgroParisTech. Brièvement dans l’Union nationale des étudiants de France (Unef), Clémence Guetté y côtoie Aurélien Taché, Guillaume Chiche ou encore Pierre Person, qui feront, dès 2016, partie de La République en marche.

“On pourrait croire qu’elle est de droite…”

Comme Manuel Bompard, l’élue du 94 adhère en 2010 au Parti de gauche, co-fondé par Jean-Luc Mélenchon un an plus tôt, même si elle prône une vision plus radicale. Dès 2012, elle milite ainsi pour son mentor, qu’elle suit dans la création de La France insoumise en 2016. Pendant un temps, Clémence Guetté travaille en binôme avec Charlotte Girard sur le programme du parti, mais s’y consacre seule lorsque cette dernière claque la porte de LFI en 2019 à cause de “dysfonctionnements internes”. Tête de liste aux élections régionales en Nouvelle-Aquitaine en 2021, la jeune femme est soutenue par Philippe Poutou et le Parti communiste, face au macroniste Alain Rousset. Mais perd l’élection loin derrière ce dernier, en récoltant 5 % des suffrages.

Décrite comme une “grande bosseuse” par ses collègues et amis de fac, Clément Guetté voit ses efforts payer en juin 2022. Juliette Prados, attachée de presse du parti, la dépeint par ailleurs comme quelqu’un de “très drôle” malgré sa garde-robe noire et sa discrétion. “Elle parle très bien, on pourrait croire qu’elle est de droite mais elle te balance des trucs hyper radicaux en toute tranquillité”, souligne-t-elle aussi. En avril dernier, elle fait une apparition remarquée dans un reportage de Quotidien, à la fenêtre du QG insoumis alors rebaptisé “Matignon”.

Qui s’est amusé à rebaptiser le siège de La France Insoumise ? 🧐
#Quotidien pic.twitter.com/F4ufxU82ZC

“Elle a pris une place importante très jeune et bien mené sa barque. Derrière son allure discrète et posée, Clémence est une bosseuse qui a du tempérament”, assurait Clémentine Autain, députée insoumise réélue ce dimanche en Seine-Saint-Denis, dans Libération en mars 2022. Selon Jean-Luc Mélenchon, elle aura un “grand avenir” politique, au vu de sa gestion du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale. Bref. Une élue ambitieuse qui ne semble pas avoir sa langue dans sa poche mais plus d’un tour dans son sac.

Crédits photos : Baptiste Autissier / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet