Comment Sophie Maupu est devenue Sophie Marceau

Ce mercredi 17 novembre, Sophie Marceau fête ses 55 ans. Il y a presque quarante ans, presque par hasard, celle qui reste en dépit des années  » la petite fiancée préférée des français  » changeait de nom. Et croisait son destin.

Quand le réalisateur Claude Pinoteau décide de tourner un film écrit par Daniel Thompson, La Boum, qui sortira en 1980, il cherche la jeune  » Vic  » qui sera son héroïne. Il fait passer 600 essais. Voit toutes les jeunes comédiennes prometteuses : Emmanuelle Béart, Mathilda May, Cristiana Réali… sans être convaincu par aucune. Au même moment, une gamine de Gentilly cherche un petit job d’été. Elle n’a rien à voir avec le monde du cinéma. Elle a 13 ans et s’appelle Sophie Maupu.

Plus tard, Sophie Marceau, qui a tourné aujourd’hui une cinquantaine de films en passant quatre fois derrière la caméra, dira :  » Je n’avais pas vraiment de rêve à l’époque, je viens d’une famille d’ouvriers, on vivait en grande banlieue avec mes parents. On n’avait pas accès à la culture. On avait un jardin un terrain vague derrière et c’était à peu près tout. Plus tard, je voulais être autonome. J’imaginais le monde comme quelque chose d’assez désertique et moi, sur les routes, à voyager sans attaches. « 

Elle tombe alors sur une annonce diffusée dans le journal France-Soir. Une agence de mannequins junior est à la recherche de nouveaux visages pour des publicités. Elle dépose sa photo qui tape dans l’œil d’une certaine Françoise Ménidrey, la directrice de casting de La Boum.  » Je faisais la sortie des collèges, nous racontera-t-elle des années plus tard, j’avais vu environ 2 000 élèves quand le destin de Sophie s’est mis en marche. Qu’avait-elle de plus que les autres ? Je ne sais pas. Tout ce que je peux dire, c’est qu’un jour je me suis rendue dans une agence, Sophie s’y était inscrite la veille. En consultant le ficher je me suis arrêtée sur sa frimousse et son regard. Mon instinct me disait que Vic c’était elle. Quand je lui ai demandé de me lire une scène, elle était d’une justesse incroyable. « 

Comment Sophie Marceau a failli rater son rendez-vous avec sa future carrière

De son côté, Sophie qui ne s’appelle pas encore Marceau, venue passer le casting avec son père, a bien failli rater son rendez-vous avec sa future carrière d’actrice. En effet, impressionnée par le nombre de jeunes filles qui attendaient et qui étaient toutes plus branchées qu’elle, un peu lasse aussi d’attendre, elle a été à deux doigts de partir avant de passer l’audition. Mais le destin veillait. Et sa photogénie et son naturel on fait la différence. Restait à trouver un nom de scène. C’est à Madame Figaro qu’elle a expliqué comment Sophie Maupu est devenue Marceau. « On m’avait donné une liste des rues de Paris : avenues, boulevards, j’ai choisi l’avenue Marceau pour garder au moins mes initiales. Voilà ! J’aurais pu m’appeler Sophie de la Pompe, mais je ne tenais pas à la particule !  » a-t-elle ajouté en riant.

Elle raconte également qu’elle a bien du mal aujourd’hui à différencier Sophie Marceau de Sophie Maupu. Que chacune a un rôle à remplir même si c’est la même personne. Que Sophie Marceau lui a appris beaucoup de choses, l’a éduquée, lui a ouvert des portes et  » fait entrer de la lumière en [elle] « . Parce qu’avant, la lumière, ce n’était vraiment pas son truc. Elle s’enfuyait même à l’approche du moindre appareil photo, avec cette impression qu’on lui volait son âme. Alors aujourd’hui on dit merci à Sophie Marceau. Et bon anniversaire à Sophie Maupu.

Crédits photos : BORDE-MOREAU / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet