Covid-19 : le mensonge du prince William fait des remous

Frappé par le Covid-19 en avril dernier, le prince William a sciemment dissimulé son état de santé. Si le futur roi indique qu’il ne voulait inquiéter personne, son mensonge interpelle.

Les petits arrangements du prince William avec la vérité ne sont pas au goût de tous. Comme l’a révélé le Sun le 1er novembre, le futur roi d’Angleterre a contracté le Covid-19 en avril dernier. Placé à l’isolement dans son manoir d’Anmer Hall et traité dans le plus grand secret par les médecins du palais, le fils aîné du prince Charles, lui même contaminé, a fait le choix de ne pas évoquer publiquement sa contamination. “Il se passait beaucoup de choses importantes et je ne voulais inquiéter personne.”, aurait déclaré le prince. Un mensonge qui passe mal, alors même que l’Angleterre s’apprête à être reconfinée. “Cela soulève de sérieuses questions quant à savoir si nous pouvons faire confiance à tout ce que lui ou ses conseillers disent.”, s’est indigné sur Twitter le correspond royal Richard Palmer.

Pour le journaliste, le problème est clair. En dissimulant son état, le prince William ne s’est pas montré à la hauteur des obligations qui lui incombent. Lui qui sera un jour roi d’Angleterre a une responsabilité envers son peuple, une population très éprouvée par des mois de crise et qui doit pouvoir lui faire confiance. “Si Boris Johnson, Keir Starmer, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Donald Trump ou Joe Biden avaient dissimulé un test positif Covid-19, personne ne les féliciteraient pour “ne pas avoir voulu inquiéter les gens, a commenté Richard Palmer qui ajoute que les anglais “attendent de l’honnêteté“.

Très apprécié des britanniques, le duc de Cambridge aurait-il commis un impair fatal ? Pour le correspond royal, la question qui se pose est aussi celle du statut des membres de la famille royale. Figures publiques financées par le contribuable et qui ont l’attention du peuple, le prince William et les siens ne devraient-ils pas, alors, se comporter comme des chefs d’État et afficher la même honnêteté ? Pour Richard Palmer, la question mérite d’être posée.

Crédits photos : Agence / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet