Covid-19 : Philippe Etchebest fait des révélations sur la situation financière de son restaurant

À l’occasion d’un entretien avec Journal de France, le vendredi 23 avril 2021, Philippe Etchebest a fait des déclarations sur l’impact qu’ont eu les nombreuses mesures liées à la Covid-19 sur son établissement à Bordeaux.

  • Philippe Etchebest
  • Jean Castex

C’est LE moment que les Français attendent avec impatience : le début du troisième déconfinement prévu dans tout le pays à partir du lundi 3 mai 2021. Ainsi, dès “la mi-mai”, les nombreuses restrictions et autres mesures de sécurité liées à la pandémie de la Covid-19 devraient être levées. Et s’il y a bien une chose que le pays a hâte de retrouver, ce sont les terrasses, restaurants, cafés et autres bistrots et bars. Une bonne nouvelle pour les restaurateurs qui vont enfin pouvoir retrouver leurs établissements. Pour autant, leur réjouissance reste modérée comme l’a expliqué Philippe Etchebest.

Dans un entretien accordé à Journal de France, le vendredi 23 avril 2021, le chef étoilé s’est confié sur la situation financière de son restaurant à Bordeaux qui n’a pas été épargné par les mesures imposées par le gouvernement. “Au mois de décembre, j’ai réussi à payer mes frais fixes grâce au click and collect et à la vente à emporter. Mais étant donné qu’il n’y a rien eu durant plus de quatre mois, cela reste difficile”, a-t-il expliqué. Pour autant, l’animateur de Cauchemar en cuisine se réjouit d’avoir échappé au licenciement de ses équipes : “J’avais à cœur de conserver mes effectifs, j’en faisais une priorité. Nous avons réussi à équilibrer, mais je suis incapable de vous dire ce qui se passera demain”. Connu pour son franc-parler, le chef n’a pas mâché ses mots en évoquant l’allocution de Jean Castex sur ce nouveau déconfinement.

Philippe Etchebest agacé par les “stop and go”

Contacté par Europe 1, le jeudi 22 avril 2021, le jury de Top Chef a commencé par déplorer : “Je n’ai pas appris grand chose que l’on ne savait pas déjà… cette éventualité d’ouverture de terrasses et de commerce mi-mai. Il a été dit comme : ‘Pourrait’. Donc c’est toujours au conditionnel”. Avant d’ajouter : “Je ne peux pas vous dire grand chose de plus que j’ai déjà dit auparavant parce qu’on ne sait rien de plus”. Quant à la dite “réouverture des terrasses”, il a estimé que “c’est un premier pas” tout en rappelant “qu’on ne connaît pas encore les conditions verticalement d’ouverture des terrasses”. Évoquant la rumeur selon laquelle “les jauges” seraient à “trente pour cent” et “uniquement les midis”, il a estimé que “ce sont des conditions assez dures à supporter” d’autant plus qu’elles ne concernent pas tous les restaurateurs de France. S’il comprend “la frustration” ambiante, il a expliqué “comprendre qu’il faille des paliers” afin d’éviter d’une nouvelle fermeture. “Le stop and go, c’est terminé ! Ça suffit !”, a-t-il lâché.

Source: Lire L’Article Complet