DECRYPTAGE – Madonna : pourquoi elle nous fait si peur aujourd’hui

Autrefois pionnière, Madonna cède à la nostalgie et lutte contre l’oubli, avec une nouvelle tournée célébrant ses 40 ans de carrière. Une initiative qui surprend, mais qui témoigne aussi de sa recherche désespérée de la jeunesse éternelle… Décryptage.

Madonna est devenue un fantôme. La Anne Boylen de la pop, pour qui connaît l’histoire de l’épouse de Henri VIII, reine revenante. On ne fait pas seulement allusion à la pâleur spectrale et aux contours de plus en plus flous de son visage. La Ciccone semble coincée entre les époques, traîne sa légende comme un boulet. A 64 ans, elle vient d’annoncer une nouvelle tournée mondiale de 37 dates, célébrant ses « quatre décennies de succès. » Lancement en octobre. Escale à Paris avec deux soirées parisiennes à l’Accor Arena, les 12 et 13 novembre. La nostalgie a un prix : de 45,50 euros, pour les sièges les moins bien placés, en fond de salle, tout en haut des gradins, jusqu’à 386,50 euros, pour le carré or, au pied de la scène.

Le culte est forcé. La Madone s’auto-parodie, avec plus ou moins d’inventivité. Une vidéo, promouvant son Celebration Tour, a été mis en ligne sur son compte Instagram, purgé de ses selfies plus frappeurs qu’un Poltergeist. Filmée en noir et blanc, Madonna dîne avec des stars de la génération woke – le DJ Diplo,le rappeur Lil Wayne, le réalisateur Judd Apatow, le comédien Jack Black, ou encore l’humoriste Amy Schumer – et soumet la tablée au jeu « action ou vérité ». Mimes d’un anulingus sur un bretzel ou d’une fellation sur une bouteille d’eau, baiser homo, trempage de parties intimes dans un verre de Margarita… La chanteuse, pour sa part, ne répond qu’à un défi : revisiter ses plus grands tubes sur scène, donc.

A post shared by Madonna (@madonna)

>> Retrouvez ici l’évolution physique de Madonna

La Madone nostalgique des années 90, quand elle créait l’évènement

Le clin d’œil à In bed with Madonna, documentaire tourné dans les coulisses de son Blond Ambition Tour, en 1990, est très appuyé. Encore faut-il avoir plus de trente ans pour se souvenir de ses échanges joyeusement salaces avec ses danseurs, dont plusieurs l’ont par la suite attaquée pour atteinte au droit à l’image et à la vie privée. La transgression était plus vive sous le mandat républicain de George Bush, en plein pontificat de Jean Paul II. Entre temps, Kim Kardashian est devenue célèbre avec une sex-tape ; la télé-réalité a repoussé les limites du trash ; la pornographie a inondé les réseaux sociaux ; l’église catholique a dû gérer ses propres scandales sexuels. C’est bien le drame de Madonna : les moeurs ont évolué, son public a vieilli, tandis qu’elle-même comble ses rides à coups de seringues magiques, court après les producteurs du moment et, faute de nouveaux succès discographiques, remixe ses chansons pour en faire des hymnes Tik Tok.

Début janvier, en pleine foire d’art contemporain de Miami, elle assistait encore à une exposition des très anatomiques clichés de son livre SEX, vendu sous blister en 1992. Tristes gesticulations, alors qu’elles sont nombreuses – Lady Gaga, Miley Cyrus ou encore Dua Lipa – à se disputer sa couronne. La reine triomphante de la pop, capable de s’approprier des contre-cultures comme le voguing, style de danse de la communauté LGBT noire américaine, tente de séduire une nouvelle génération de fans, sensible aux discours anti-oppression, en se définissant comme une martyre de la pop. Oublieuse de ses histoires d’amour avec les machos Sean Penn, Warren Betty ou Guy Ritchie, mais aussi de ses perfidies sur Zsa Zsa Gabor dans In bed with Madonna, la star dénonce le patriarcat et l’âgisme, dont elle s’estime victime.

>> Retrouvez ici les hommes qui ont marqué la vie de Madonna

De reine à martyre de la pop pour mieux séduire la génération woke

Photographiée en Pietà larmoyante par le duo Luigi & Iango pour Vanity Fair, Madonna assène dans les pages du magazine : « Plus le temps passe, et plus je comprends que mon rôle consiste à donner une voix à tous ceux qui sont marginalisés. » Elle se dit également fan du rappeur Kendrick Lamar, qui « raconte les violences, la drogue, l’absence de pères : les plaies d’une génération. » L’universitaire John Friske résumait déjà dans son livre Understanding popular culture, paru en 2010 : « Madonna a compris l’importance du regard, celui qu’elle pose sur son reflet, celui qu’elle adresse aux caméras, celui des gens sur elle. »

De fait, c’est l’exploit de la chanteuse devenu son supplice, aucune autre artiste pop n’a eu à se réinventer autant de fois, à avancer en âge aussi longtemps, devant le monde entier. Ses modèles Jean Harlow et Marilyn Monroe sont mortes à 26 et 36 ans. Ses aînées Cher et Tina Turner ont bien plus tôt joué la carte de la nostalgie. Les Rolling Stones, papys septuagénaires du rock, continuent d’attirer les foules, en raison de leur répertoire. De la Ciccone, on attend surtout un grand show. Ses capacités vocales sont limitées. Sa production discographique a été très inégale depuis Confessions on a dancefloor, en 2005.

https://www.instagram.com/p/CnmtGZ8OUnr/

A post shared by Madonna (@madonna)

Sa vraie victoire : « être parvenue à accompagner mes enfants là où ils sont »

Sa conversion au fado avec l’album Madame X, en 2017, était déjà un aveu de fatigue. Morale. Mais aussi physique, comme l’ont prouvé les interruptions du Madame X Tour pour cause d’arthrose. Madonna bénéficie d’une nouvelle hanche, depuis 2020. Le cœur reste fragile. Son divorce d’avec Guy Ritchie, en 2008, l’a « brisée », aux dires d’un membre du Kabbalah Center que le couple fréquentait, à Los Angeles. La chanteuse a vécu le départ de son attachée de presse Liz Rosenberg, en 2015, et la dispersion de son manager Guy Oseary dans le cinéma et les NFT, comme d’autres abandons. De jeunes mannequins et danseurs ont comblé ses nuits. Pas son ennui.

Problème : Madonna, désoeuvrée, est pire qu’une ado. « Il n’y a plus personne autour d’elle pour la raisonner », soupirait déjà Brad Jeffries, ancien chorégraphe, en 2020. Pire, selon l’animatrice Rosie O’Donnell, amie de longue date, « elle n’écoute pas. » Dans Vanity Fair, Madonna confie sa plus grande victoire : « être parvenue à accompagner mes enfants là où ils sont. » Emancipés, ses aînés Lourdes, 26 ans, et Rocco, 22 ans, tentent de percer en tant que chanteuse et peintre. « Faire des enfants et les élever est une œuvre d’art », confie leur mère. Enfin incarnée. Et jamais aussi touchante.

>> Retrouvez ici Madonna et ses enfants

Crédits photos : WALTER / BESTIMAGE

A propos de

  • Abonnez-vous à votre star préférée et recevez ses actus en avant première !

  • Madonna

Il vous reste 85% de l’article à découvrir

À découvrir en images

PHOTOS – Madonna : retour sur l’évolution physique de la star





Autour de

Source: Lire L’Article Complet