Disparition de Delphine Jubillar : ce mystérieux lavoir qui intrigue les enquêteurs

Toujours sans nouvelle de Delphine Jubillar, disparue depuis décembre 2020, les enquêteurs concentrent désormais leurs recherches sur un ancien lavoir à charbon situé à quelques kilomètres du domicile de l’infirmière et son mari Cédric Jubillar…

La vérité se trouve-t-elle à cet endroit ? Bientôt un an après la disparition de l’infirmière à Cagnac-les-Mines (Tarn), dans la nuit du 15 au 16 décembre, les enquêteurs ont fait appel à des gendarmes spécialistes de spéléologie pour mener les fouilles. Selon La Dépêche du Midi, les recherchent se concentrent en effet sur un ancien lavoir à charbon de Blaye-les-Mines, à 7 kilomètres du domicile du couple. Une friche industrielle laissée à l’abandon depuis sa fermeture, dans les années 90, et un immense bâtiment de 7 étages. Emblématique du bassin minier et très difficile d’accès, l’endroit est surtout prisé des squatteurs. Et il pourrait bien être idéal pour cacher un corps ou des indices.

Lancées en début de semaine, ces fouilles n’ont toutefois rien donné à l’heure actuelle, comme pour les opérations effectuées autour du domicile du couple. « C’est un travail de fourmi, expliquait récemment François Daoust, ex-directeur de l’IRGN du pôle judiciaire de la gendarmerie, sur BFM TV. À la fois de fourmi, et gigantesque. Le nombre de cavités, d’excavations, le nombre de parties de plateau qui sont calcaires, d’autres parties qui sont un peu plus dures, font qu’il y a des tas de zones qui sont encore inexplorées. On peut largement faire disparaître quelqu’un et ne pas le retrouver tout de suite.« 

Cédric Jubillar à nouveau entendu

Les enquêteurs souhaitent d’autant plus accélérer que Cédric Jubillar doit bientôt être auditionné. S’il continue de clamer son innocence, le peintre plaquiste de 34 ans, mis en examen pour homicide volontaire par conjoint, sera face à deux juges d’instructions le 15 octobre afin de s’expliquer sur les indices graves ayant conduit à son incarcération.

Crédits photos : Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet