Documentaire de Marie Portolano : deux salariés de Radio France licenciés pour harcèlement et sexisme

Radio France a annoncé le vendredi 29 octobre 2021 dans un communiqué l’issue d’une enquête d’envergure, démarrée en mars 2021, concernant le sexisme au sein du milieu journalistique. Deux employés sont en cours de licenciement et trois sont suspendus.

Restez informée

Après une enquête externe et indépendante qui a duré huit mois, Radio France a annoncé vendredi 29 octobre 2021 dans un communiqué à l’AFP la nature des sanctions prises pour lutter contre le harcèlement et le sexisme. Deux salariés de Radio France sont renvoyés, trois sont mis à pied avec suspension de salaire, et quatre ont reçu un blâme. Au total, ce sont onze procédures disciplinaires qui ont été engagées, concernant entre autres la rédaction de France Bleu Pays Basque et le service des sports de Radio France.

La commission d’enquête s’est basée sur 80 témoins qui ont décrit leurs conditions de travail. Ces témoignages ont révélé une « ambiance de travail très dure, justifiant le stress, la violence et le sexisme », à savoir, des blagues, des gestes et attitudes dénigrantes, et ont dénoncé des « situations et comportements graves dans divers services ». Dans son communiqué, Radio France souligne une « tolérance zéro à l’encontre de toute situation de harcèlement sexuel, d’agissement sexiste, de discrimination dans l’entreprise ».

D’autres rédactions mises en cause

À l’origine de cette enquête, le documentaire choc réalisé par Marie Portolano, Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste, diffusé en mars 2021 sur Canal+. La nouvelle présentatrice du Meilleur Pâtissier sur M6 était alors journaliste sportive, et avait recueilli des témoignages glaçants de consœurs, victimes de harcèlement et sexisme au travail.

Le documentaire avait crée à sa diffusion une onde de choc au sein des groupes médiatiques. Radio France n’avait pas été le seul média visé par les témoignages. Canal+ et RMC Sport ont eux aussi lancé des enquêtes après les révélations de victimes, notamment la journaliste sportive Amaia Cazenave. Après douze ans de collaboration avec Canal+, le chroniqueur sportif Pierre Ménès, accusé d’agressions sexuelles, a ainsi été poussé vers la porte de sortie. En 2016, Pierre Ménès avait notamment soulevé la jupe de Marie Portolano, et avait embrassé de force deux journalistes en direct à la télévision.

Source: Lire L’Article Complet