Dominique Loiseau revient sur le suicide de son mari, Bernard : “C’est comme s’il était là en permanence”

Mardi 15 juin 2021, Gala s’est entretenu avec Dominique Loiseau à l’occasion de la sortie de son nouveau livre, La revanche d’une femme. La veuve de Bernard Loiseau a accepté de revenir sur le suicide du chef étoilé, et sur la façon dont elle a réussi à maintenir la tête hors de l’eau après le drame.

  • Bernard Loiseau

Bernard Loiseau a mis fin à ses jours le 24 février 2003, à l’âge de 52 ans, avec son fusil de chasse. Un drame dont les raisons avaient suscité la polémique – les guides Michelin et Gault&Millau ayant longtemps été pointés du doigt – et qui a marqué l’histoire de son restaurant, de sa famille, mais aussi du monde de la gastronomie française. Dix-huit ans plus tard, le nom du célèbre chef étoilé n’a pas été oublié, et son établissement continue de vivre. Et ce, grâce à sa veuve, Dominique Loiseau. Le 3 juin 2021, la femme d’affaires a d’ailleurs accepté de revenir sur le suicide de son époux à travers un livre, intitulé La revanche d’une femme, publié aux éditions Michel Lafon. A l’occasion de cette parution, nos confrères de Gala lui ont rendu visite dans le restaurant Relais Bernard Loiseau, situé à Saulieu, dans le département de la Côte-d’Or.

La maison est entre les mains des femmes Loiseau”

Au lieu de s’effondrer après la mort de son mari, Dominique Loiseau s’est donnée “une mission” : reprendre les rênes de l’entreprise familiale, “pour rendre hommage à Bernard, à ses années de sacrifices”. “Je n’aurais jamais pris la responsabilité de laisser tout s’écrouler. Je n’étais pas sûre d’y parvenir, mais je me devais d’essayer”, a confié la sexagénaire. “En dix-huit ans, il s’est passé tellement de choses, de belles choses, c’était le moment de faire le point. Maintenant, on peut dire que la maison est entre les mains des femmes Loiseau, explique la veuve du chef étoilé. En effet, sa fille de 32 ans, Bérangère, qui était “dans la maison depuis déjà sept ans”, est devenue en avril dernier vice-présidente de la société. La cadette, Blanche, âgée de 25 ans, vient quant à elle d’intégrer la brigade en tant que demi-cheffe de partie.

Je ne savais pas qu’il était bipolaire”

Dominique Loiseau le reconnaît, son mari “a pris beaucoup de place” dans sa vie, lui en a fait “voir de toutes les couleurs”. Elle se souvient de lui comme “une vedette, un être très attachant, quelqu’un de majestueux”. Et dans le restaurant qu’ils ont longtemps tenu ensemble, “c’est comme s’il était en permanence là, derrière [son] épaule droite” : “Tous les jours, je vis avec lui ici. Je le sens, a-t-elle confié à nos confrères. Malgré la présence encore très ancrée de Bernard Loiseau, sa veuve n’a toujours pas réussi à comprendre son geste. Difficile pour elle de dire si son époux l’a “déçue” en prenant la décision de se suicider : “C’est une question délicate. Dans les premières heures qui ont suivi sa disparition, ma première pensée a été : ‘Bernard tu ne verras pas tes enfants grandir.’ Ensuite, je dois vous dire que je ne savais pas qu’il était bipolaire.” Si la culpabilité “ne l’obsède pas”, Dominique Loiseau s’est tout de même longtemps “demandée pourquoi on n’avait rien vu venir”.

Dans le monde de la gastronomie, beaucoup ont pensé que le geste de Bernard Loiseau était associé à sa crainte de perdre sa troisième étoile, ou à ses problèmes financiers. Une thèse qu’a toujours réfutée son épouse : “Il savait depuis bien longtemps qu’il avait conservé ses trois étoiles. Et puis, nous avions de la trésorerie. Nous sommes cotés en Bourse, tout le monde pouvait voir nos comptes”, justifie encore aujourd’hui Dominique Loiseau. Des raisons qui font que, dix-huit ans après la disparition du chef, sa veuve et ses proches continuent de se demander : pourquoi ?

A lire aussi : Mort de Marcel Keff : le chef étoilé s’est suicidé à l’âge de 63 ans

Source: Lire L’Article Complet