Donald Trump incriminé : ce drame qui aurait pu être évité…

En janvier 2021, alors que Donald Trump était sur le point de laisser son poste de président des États-Unis au vainqueur de l’élection, Joe Biden, des centaines d’émeutiers envahissaient le Capitol pour contester la défaite de leur leader. Ce mardi 7 juin, le Washington Post a fait de nouvelles révélations concernant le rôle de Donald Trump dans cet événement.

A propos de


  1. Donald Trump

L’espace de quelques heures, le 6 janvier 2021, les Américains ont craint pour leur démocratie. Après que Donald Trump a tenu un discours remettant en question l’issue de l’élection présidentielle et invitant ses supporters à se rendre au Capitole pour se “battre comme des diables”, des centaines d’émeutiers parfois armés ont violemment pénétré le Capitole pour exiger qu’il reste au pouvoir. Et selon les informations publiées par Washington Post ce mardi 7 juin, le président d’alors serait bien plus intimement lié à cette journée dramatique qu’on ne le pense.

L’enquête de la commission chargée d’éclaircir les événements du 6 janvier révèle, témoignages à l’appui, que l’ex-chef d’État aurait demandé aux services secrets de sécuriser un itinéraire de cortège motorisé afin qu’il puisse accompagner ses militants, avant leur effraction au Capitole. Pendant près de deux semaines avant cette journée, restée un traumatisme dans l’esprit de nombreux citoyens américains, Donald Trump aurait exercé des pressions sur les services secrets pour organiser un plan qu’il lui permettrait de se joindre à ses partisans lors d’une marche vers le Capitole depuis le parc près de la Maison-Blanche, d’où il tiendrait un meeting “sauvage” avec près de 30 000 personnes.

>> PHOTOS – Melania et Donald Trump, Chantal Goya et Jean-Jacques Debout : ces couples ont fait chambre à part

SCOOP: Trump agitated for days before Jan 6 riot to join an illegal march to the Capitol that day. @SecretService scrambled Jan 6 to try to set up a motorcade route when he stunned them, saying he was going. w the greats @jdawsey1 @phscoop @JaxAlemany https://t.co/zkj3opiRzR

Le plan de Donald Trump sabordé par les services secrets ?

Les témoins de ces demandes insistantes ont raconté à la commission d’enquête que la réponse de la police de Washington avait été négative. Un haut responsable juridique a par ailleurs déclaré au Washington Post que le chef des services secrets du président avait sabordé le plan, qu’il jugeait “insoutenable et dangereux”. Alors que des élus délibéraient au Congrès pour valider l’élection du duo Joe Biden-Kamala Harris, les militants pro-Trump avaient pour mission de “faire pression sur les républicains ‘faibles’” pour qu’ils invalident les résultats de l’élection. En brisant des vitres, en forçant les portes et en détruisant de nombreux objets sur leur passage, les assaillants ont provoqué le chaos au Capitol pendant plusieurs heures.

Les protagonistes de cette journée ont été condamnés par la justice américaine. Avec sa coiffe aux cornes de bison, sa lance, ses peintures sur le visage et son torse nu, Jacob Chansley, âgé de 34 ans et surnommé le “chaman”, est devenu le visage le plus célèbre de l’attaque du Capitole. Militant pro-Trump et complotiste, il a été arrêté quelques jours après les faits et condamné en novembre 2021 à 41 mois de prison par un tribunal de Washington. Placé à l’isolement, le trentenaire a par la suite raconté avoir eu le temps de “se regarder dans un miroir pour se dire qu’il avait déconné”. Déçu par Donald Trump, Jacob Chansley affirme désormais avoir abandonné les thèses du mouvement QAnon. À part avoir été banni de Twitter et Facebook pour une durée de deux ans pour avoir alimenté les thèses complotistes, l’ex-président des États-Unis, lui, reste impuni. Et réfléchit même à tenter l’élection présidentielle en 2025.

Crédits photos : Zuma Press/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet