Doria Tillier nous raconte ses premiers pas de réalisatrice pour un court-métrage présenté à Cannes

Maîtresse de cérémonie de cette 74è édition du Festival de Cannes, Doria Tillier est également sur la Croisette pour présenter, dans le cadre des Talents Adami Cannes, son premier court-métrage en tant que réalisatrice : La diagonale des fous. Télé-Loisirs a rencontré l’ex Miss Météo.

Doria Tillier n’est pas seulement à Cannes 2021 en qualité de maîtresse de cérémonie. La comédienne y présente également son tout premier court-métrage en tant que réalisatrice, dans le cadre des Talents Adami Cannes. Baptisé La diagonale des fous, et tourné à La Réunion, le film suit une équipe de reporters, venue couvrir ce grand raid consistant à traverser l’île. L’actrice revient sur cette expérience.

Télé-Loisirs. Réaliser, c’était une envie que vous nourrissiez déjà personnellement, ou vous avez simplement saisi l’opportunité ?

Doria Tillier. J’y pensais assez concrètement. J’ai commencé à y penser quand j’ai tourné mon premier film, Monsieur & Madame Adelman (sorti en 2017 et réalisé par Nicolas Bedos, ndlr). Du coup, cela faisait quelques années que je m’y intéressais un peu, mais je pensais m’y essayer dans quelques années. Donc c’est vrai que si l’Adami ne me l’avait pas proposé, je ne l’aurais pas fait aussi tôt.

Comment est née l’idée de cette équipe de reporters au coeur de la diagonale des fous, grand raid qui consiste à traverser l’île de La Réunion ?

Souvent, les idées viennent un peu dans la contrainte. Là, la première contrainte était le thème imposé : que l’action se déroule sur l’île de La Réunion, parce qu’il y avait un partenariat avec cette région. Je ne connaissais pas du tout cette île. C’était donc un peu compliqué pour moi d’imaginer une histoire qui se passe avec des protagonistes qui vivent là-bas. Je n’ai pas eu cinquante idées : soit ce sont des touristes, mais je trouvais ça banal. Ma deuxième idée c’était une équipe télé. Je suis inspirée de la comédie, et avec l’idée d’une équipe télé, on peut tout de suite imaginer des personnages assez drôles. En tout cas, qui moi me font rire…

  • Les débuts de Guillaume Pley dans Touche pas à mon poste

    Télé Loisirs

  • Martin Henderson : pourquoi a-t-il quitté Grey's anatomy ?

    Télé Loisirs

  • David sacré gagnant de Top Chef 2020 !

    Télé Loisirs

  • La Ligue 1 débarque sur Amazon Prime Vidéo !

    Télé Loisirs

  • En famille : qui de Marie Vincent (Brigitte) ou Yves Pignot (Jacques) ressemble le moins à son personnage ?

    Télé Loisirs

  • Amandine Pélissard révèle avoir fait une fausse couche

    Télé Loisirs

  • Le concert de Paris 2021 – 14 juillet

    Télé Loisirs

  • Leïla Bekhti est fan des Feux de l'amour

    Télé Loisirs

  • Good Omens (Prime vidéo) : la série est-elle fidèle au roman ?

    Télé Loisirs

  • Aline : Valérie Lemercier pousse-t-elle vraiment la chansonnette ? Le ciné en questions

    Télé Loisirs

  • Josep

    Télé Loisirs

  • RÉVOLUTION ! Une expérience immersive au côté des sans-culottes

    Télé Loisirs

  • Marion Sarraut est décédée

    Télé Loisirs

  • Stéphane Plaza vexé par une remarque d'un architecte sur le trouble dont il souffre

    Télé Loisirs

  • L'Equipe d'Estelle : les adieux émouvants d'Estelle Denis

    Télé Loisirs

  • Emmanuel Macron appelle les Français à se faire vacciner

    Télé Loisirs


  • Les débuts de Guillaume Pley dans Touche pas à mon poste
    Les débuts de Guillaume Pley dans Touche pas à mon poste


    Télé Loisirs


  • Martin Henderson : pourquoi a-t-il quitté Grey's anatomy ?
    Martin Henderson : pourquoi a-t-il quitté Grey's anatomy ?


    Télé Loisirs


  • David sacré gagnant de Top Chef 2020 !
    David sacré gagnant de Top Chef 2020 !


    Télé Loisirs

VIDÉO SUIVANTE

Il y a notamment cette journaliste-animatrice totalement mégalo à tendance hystérique. Comment l’avez-vous construit ?

Vidéo: Doria Tillier sera la maîtresse de cérémonie du 74e Festival de Cannes (Dailymotion)

Je ne sais pas comment c’est venu, mais c’est vrai que les personnages excessifs me font beaucoup rire, et ce personnage a en effet beaucoup de défauts (rire) ! Comme vous disiez, elle est mégalo, narcissique, tyrannique, colérique, capricieuse, ambitieuse mais pas de la bonne façon. Elle est vraiment ridicule et un peu vulgaire, et ça me fait rire.

Etait-ce une façon aussi de rire des travers des métiers d’image, comme animatrice ou comédienne d’ailleurs ?

Je pense qu’il y avait en effet l’envie d’ironiser sur ces métiers d’image, mais c’est quelque chose dont je me suis aperçue une fois que j’ai eu fini d’écrire. Sur le moment, c’était spontané. De la même manière, on m’a dit que le film était une critique des médias. C’est le cas, mais je ne l’ai pas du tout écrit en pensant faire une critique des médias. Je m’en suis aperçue quand c’était terminé.

Vous êtes aussi à Cannes en qualité de maîtresse de cérémonie de cette 74è édition. Le discours de clôture est prêt ?

Semi prêt ! J’ai préparé les textes d’ouverture et de clôture de la cérémonie avec Bertrand Delaire, qui était déjà mon co-auteur à la météo du Grand Journal et qui était déjà mon co-auteur sur des petits sketchs de Peepee Malone sur Canal, dont je réalise que c’était déjà à l’époque une critique de certains médias, puisqu’il s’agissait d’une journaliste américaine. Mais c’était plus une critique de certains américains que des médias. Mais il y avait un peu ça…

Y-a-t-il eu un challenge particulier pour vous sur La diagonale des fous ?

L’aspect qui m’a le plus intéressé était la direction des acteurs. On n’avait que trois jours pour le tourner, et comme je savais que l’on n’aurait pas beaucoup de temps, et que ce genre de comédie assez dialoguée nécessite des acteurs vraiment prêts, on avait pas mal répété ensemble avant, chez moi.

Lors de votre discours d’ouverture du festival, vous avez dit : “ce que j’aime dans la magie, c’est le travail qu’il y a derrière et qu’on ne voit pas”. Cela a une résonance encore plus forte pour vous maintenant que vous avez réalisé ?

Pas plus forte non. Réaliser, c’est du travail et un travail que j’ai adoré faire. Mais je n’ai pas plus travailler là que quand j’étais à la météo. Je travaillais beaucoup. Donc, cela n’a pas une plus forte résonance. J’aime travailler, mais que l’on n’en parle pas trop, qu’on ne le voit pas trop. Parfois cela m’a dérangé avant la cérémonie d’ouverture, quand en interview on me disait : ‘alors, vous êtes stressée ?’ Oui je l’étais. Mais je n’ai pas envie d’en parler parce que cela n’intéresse pas les gens. Je ne trouve pas ça joli de parler de son propre stress. Tu as envie de leur montrer quelque chose de simple, pas de leur faire peser ton stress. C’est quelque chose que je préfère garder pour moi. Même si là je l’ai dit parce que je ne vais pas vous mentir non plus ! Mais voilà : c’est joli de travailler, et c’est joli de ne pas le montrer.

Source: Lire L’Article Complet