Dropped : la production condamnée pour « faute inexcusable »

Six ans après le crash d’hélicoptères survenu sur le tournage de Dropped causant la mort de dix personnes dont trois sportifs français de haut niveau, la société de production ALP a été condamnée en appel pour ‘faute inexcusable’.

A propos de


  1. Florence Arthaud


  2. Camille Muffat

La justice a pris une nouvelle décision six ans après le drame. Ce jeudi 27 mai, la cour d’appel de Versailles a confirmé la responsabilité de la société de production ALP (Adventure Line Production) dans la collision des hélicoptères lors du tournage de l’émission Dropped survenu en Argentine, le 9 mars 2015. Pour rappel, dix personnes dont trois sportifs de haut niveau – la navigatrice Florence Arthaud, le boxeur Alexis Vastine et la nageuse Camille Muffat – ont perdu la vie dans cet accident.

La justice a condamné en appel la société de production pour “faute inexcusable” pour la mort d’un caméraman du programme, Laurent Sbasnik, 40 ans, en l’obligeant à indemniser sa famille à hauteur de 120 000 euros. Ce dernier devait filmer des séquences en hélicoptère, harnaché et porte ouverte soit des “risques particuliers pour sa santé et sa sécurité” comme l’a souligné le Tribunal des affaires de sécurité sociale. Ainsi, la cour d’appel a également condamné ALP à verser 400 000 euros de “majoration de rente” à la Caisse primaire d’assurance maladie des Hauts-de-Seine. Cependant, cette décision ne signifie pas la fin des poursuites judiciaires contre ALP – poids lourds des jeux télévisés d’aventure tels que Koh-Lanta – puisqu’elle a été mise en examen pour “homicide involontaires” en mars 2021.

La sécurité négligée sur le tournage de Dropped ?

Les juges français estiment que le budget pour la réalisation de l’émission a été sous-évalué. D’après les enquêteurs la production aurait privilégié les critères financiers dans le choix des pilotes et des hélicoptères, “au détriment de la sécurité des personnes.” Une décision qui a coûté la vie à une dizaine de personnes. Si les soupçons s’avèrent réels, il s’agit d’une “faute caractérisée” par les deux personnes mises en examen : Suédois Peter Högberg, “chargé de sécurité lors du tournage” et Nicolas Roussel, directeur de production de l’émission.

Crédits photos : sipa

Autour de

Source: Lire L’Article Complet