Édouard Philippe : « Je ne mets un pistolet sur la tempe de personne » pour soutenir Macron

Edouard Philippe revient sur le devant de la scène politique avec la création de son parti « Horizons ». Après avoir annoncé son lancement devant une soixantaine de parlementaires, samedi 9 octobre, l’ancien Premier ministre s’est exprimé plus longuement dans Le Journal du Dimanche.

Il est devenu la personnalité incontournable pour la campagne présidentielle de 2022 du président sortant. Edouard Philippe a fondé son propre parti « Horizons » et a réaffirmé son engagement envers Emmanuel Macron pour les présidentielles, samedi 9 octobre au Havre. Chose qu’il a de nouveau redite dans les colonnes du Journal du Dimanche : « Mon objectif est d’abord de soutenir Emmanuel Macron pour contribuer à sa réélection, qui n’est pas acquise. » La création de son parti a également un but prioritaire : « l’aider à élargir sa base. »

Mais Edouard Philippe « n’aime pas les pressions. » Donc tous les adhérents de son mouvement Horizons ne seront pas obligés de soutenir Emmanuel Macron. « Je ne mets un pistolet sur la tempe de personne » a fait savoir l’ancien Premier ministre à nos confrères. Après, « tout le monde a compris où je suis, ce que je ferai » a-t-il précisé. Sous-entendu, les politiques qui intégreront son parti sont déjà au courant de ses objectifs et de sa volonté de soutenir le Président de la République.

🔴 Horizons: Édouard Philippe révèle le nom de son parti politique pic.twitter.com/Yv7EQc3CeZ

Horizons : le nouveau parti d’Edouard Philippe

Quinze mois après son départ de Matignon, l’ancien Premier ministre a décidé de créer son propre parti nommé « Horizons » dont le slogan est « voir loin pou faire bien. » Pour présenter son mouvement, Édouard Philippe a dit : « Je crois à la politique. Je veux avec vous construire un mouvement, construire un parti politique pour que notre pays que nous aimons puisse regarder loin. Puisse raffermir sa puissance. Puisse avoir confiance à nouveau en lui. Bref, pour que nous puissions, au fond, être qui nous voulons être. » Il a ensuite évoqué ses priorités : «remettre de l’ordre dans les comptes et dans la rue», construire une stratégie pour l’avenir de la France… Et quand certains sous-entendent que ce parti servira davantage ses intérêts, l’homme politique répond simplement : « Je n’ai pas vocation à commenter les chicayas et angoisses des entourages. » Ce parti devrait permettre à Edouard Philippe de rester et de peser dans le paysage politique… jusqu’à l’aube 2027.

Crédits photos : Blondet Eliot/ABACA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet