Edouard Philippe suscite l’aigreur à droite : « Pas assez sympa pour être appelé Doudou »

La sortie du nouveau livre d’Édouard Philippe, prévue le 7 avril, alimente les interrogations sur ses ambitions pour l’élection présidentielle de 2022. Mais alors qu’il reste très mystérieux concernant son avenir en politique, l’ancien Premier ministre semble susciter l’aigreur chez certaines figures de droite, comme le rapporte Le Parisien.

A propos de

  1. Édouard Philippe

Que prépare Édouard Philippe ? Au sein de la majorité, comme chez Les Républicains, la question demeure encore en suspens. Alors qu’il s’apprête à sortir un nouveau livre, Impressions et lignes claires, qui doit paraître le 7 avril prochain aux éditions JC Lattès, le prédécesseur de Jean Castex est scruté de près pour son retour sur le devant de la scène. Toujours bien situé dans les sondages, ils sont nombreux à s’interroger sur ses intentions en vue de la présidentielle de 2022. Et le principal intéressé joue la carte du mystère : “Tu verras… ça va t’amuser”, glisse-t-il par exemple à un ministre qui cherche à en savoir plus sur son avenir en politique et le rôle qu’il jouera l’année prochaine. À droite aussi, on se demande quelle est la stratégie d’Édouard Phillippe. Ce dernier semble d’ailleurs en agacer plus d’un au sein de son ancien parti.

Alors que certains n’excluent pas que l’ancien Premier ministre propose une candidature dissidente à celle d’Emmanuel Macron, avec qui les relations semblent toujours compliquées, d’autres refusent de croire à “l’hypothèse Philippe”, comme le rapporte Le Parisien ce mardi 31 mars. Aurélien Pradié, secrétaire général des Républicains, est convaincu qu’Édouard Philippe ne se présentera pas en 2022 : “L’hypothèse Philippe n’existe pas”, affirme-t-il auprès du quotidien. Et d’enfoncer le clou : La doudoumania est un truc qui m’exaspère. Il n’est pas assez sympa pour être appelé Doudou“, observe-t-il, en faisant référence au sobriquet que l’opposition attribue à l’ancien locataire de Matignon.

Christian Jacob rejette lui tout rapprochement avec le chef de l’État : “De trahisons en trahisons, on revient au point de départ”, peste le président des Républicains. Et d’ajouter, cinglant : “Il incarne la perte de l’autorité de l’État, on l’a vu avec Notre-Dame-des-Landes. Il est responsable de l’émergence des Giles jaunes, a imposé les 80 km/h”, a-t-il rappelé, avant de conclure : “Quand il était Premier ministre, l’immigration était hors de contrôle”, a-t-il fustigé. C’est dit.

2027 plutôt que 2022 ?

S’ils sont peu de Républicains à croire qu’il se présentera en 2022, plusieurs pensent qu’il pourrait se lancer le tour d’après, comprenez en 2027. “Il est clair qu’il ne sera pas déloyal à Macron, il s’est plutôt mis en situation de jouer l’échéance d’après, celle de 2027, note un ancien Premier ministre qui connaît bien Édouard Philippe. En attendant, c’est à la promotion de son nouveau livre, coécrit avec son ami Gilles Jacob, que l’ancien Premier ministre entend se consacrer. La suite, on verra…

Crédits photos : JB Autissier / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet