Emmanuel Macron “anti-flics” ? : cette vidéo postée qui dérange au sommet de l’État

Une vidéo parodique visant à récompenser les « anti-flics » de l’année a été postée par un syndicaliste de la police. Cette dernière a rapidement retenu l’attention de l’Élysée.

L’humour peut avoir ses limites. Le 28 décembre dernier, le syndicaliste de la police Bruno Attal a posté sur les réseaux sociaux une vidéo parodique visant certaines personnalités publiques et des membres du gouvernement, à commencer par Emmanuel Macron. Nommée Les anti-flics d’or en référence à l’ancienne cérémonie des 7 d’or, cette dernière n’est pour l’instant pas devenue virale. Malgré ses 20.000 vues sur la plateforme YouTube, la vidéo dérange déjà fortement l’Élysée, d’après les informations du Parisien. Dans la « catégorie gouvernement », le chef de l’État, Éric Dupont-Moretti et Christophe Castaner ont été épinglés par le syndicat assimilé à l’extrême droite.

Vêtu d’un costume et d’un micro, face caméra, Bruno Attal a justifié la nomination d’Emmanuel Macron : « Pour son interview donnée au site d’information Brut dans laquelle il annonce la création de caméras-piétons pour surveiller les policiers et non les voyous« , a-t-il déclaré dans la fameuse vidéo parodique. Ce qui était de l’humour s’est rapidement transformé en attaque contre le gouvernement. Ce vendredi 7 janvier, le syndicaliste a annoncé sur son site internet être convoqué par l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN) pour un « manquement à son devoir de réserve ». Selon nos confrères du Parisien, le policier à la brigade des réseaux ferroviaires a déjà plusieurs dossiers en cours contre lui.

https://youtube.com/watch?v=agn9t40E77U%3Frel%3D0%26showinfo%3D1

De nombreuses personnalités visées

Dans cette vidéo de seulement trois minutes, les membres de gouvernement ne sont pas les seuls visés. Dans la « catégorie people » par exemple, Mathieu Kassovitz, Omar Sy et Cyril Hanouna sont les trois nommés. Au total, Bruno Attal a présenté six catégories avec trois personnes désignées à chaque fois. Les internautes ont ensuite été invités à voter sur le compte Twitter du syndicaliste ou directement sur le site de Touche pas à mon flic. En l’espace de deux semaines, plus de 400 internautes ont commenté la vidéo pour alimenter le débat. La principale cible du policier est régulièrement le président de la République, visé à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Eliot Blondet/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet