Emmanuel Macron « énervé » par Eric Dupond-Moretti et Gérald Darmanin : ce qu'il a dit à ses ministres

Alors que Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti se sont pris le bec dans les médias ces derniers jours, Emmanuel Macron a rappelé à l’ordre ses ministres. Un “coup de gueule” qui traduit l’énervement du chef de l’Etat.

Eric Dupond-Moretti

Emmanuel Macron

Le nouveau gouvernement, remanié il y a deux mois, a déjà traversé des turbulences. La nomination de Gerald Darmanin, accusé de viol, n’a pas aidé. Mais le ministre de l’Intérieur pouvait compter, à l’époque, sur un soutien de poids : Eric Dupond-Moretti, qui n’hésitait pas, à chaque fois, de rappeler que l’ancien maire de Tourcoing bénéficie de la “présomption d’innocence”. Entre les deux, les relations sont désormais plus fraîches. Le mardi 2 septembre dernier, Eric Dupond-Moretti pointait du doigt Gérald Darmanin après son utilisation du terme “ensauvagement”. “Je l’ai déjà dit : je ne le reprends pas. C’est une question de sensibilité, chacun utilise les mots qu’il veut utiliser. L’ensauvagement c’est un mot qui développe, me semble-t-il, le sentiment d’insécurité”. Gerald Darmanin a ensuite répondu à son collègue, estimant, en citant Albert Camus, que “Mal nommer les choses, c’est rajouter du malheur au monde”.

“Ras le bol”

Cette passe d’arme entre les deux poids lourds du gouvernement a fortement déplu à Emmanuel Macron. Selon des sources citées par Le Parisien, le chef de l’Etat était “énervé” et a poussé “un coup de gueule”, en référence à cette “bisbille” sur le terme d’ensauvagement. “Ne vous laissez pas dicter les termes du débat. Ne créons pas de polémiques entre nous, l’actualité est suffisamment dense pour ne pas donner du grain à moudre à nos opposants”, aurait dit Emmanuel Macron à ses ministres. “Il en a ras le bol de voir le gouvernement s’enliser dans cette polémique sur l’ensauvagement. On donne l’impression de ne pas maîtriser notre rentrée, de courir après nos adversaires. Il fallait qu’il tape du poing sur la table une bonne fois pour toutes”, résume de son côté un cadre d’En Marche au Parisien. Eric Dupond-Moretti et Gérald Darmanin ont dû en prendre bonne note.

Source: Lire L’Article Complet