Emmanuel Macron "très inquiet" de la situation sanitaire : de nouvelles mesures à prévoir ?

A en croire les confidences d’un ministre rapportées par RTL, le 5 novembre 2021, Emmanuel Macron s’inquièterait de la dégradation de la situation sanitaire sur le sol européen. Le président de la République envisagerait de prendre rapidement la parole.

  • Emmanuel Macron

On pensait s’en être débarrassé comme de ce vilain grain de beauté qui a écourté certaines après-midi farniente au bord de la piscine cet été. Mais la crise du Covid-19 revient encore et toujours sur le devant de la scène, en même temps que les températures se font plus douces et le ciel plus menaçant. Car dire bonjour timidement à l’hiver qui approche revient à embrasser son cortège de maladies virales. Depuis quelques semaines, le nombre de nouvelles contaminations, qui baissait depuis le milieu du mois d’août, est reparti à la hausse, et les estimations très alarmantes de l’Organisation Mondiale de la Santé, qui évoque un demi-million de morts du coronavirus en Europe d’ici février, font carrément froid dans le dos. La carte de l’Union européenne vire au rouge avec 3.600 décès quotidiens, et la menace d’une cinquième vague se fait amplement sentir. De quoi nous donner envie de rester enfouis sous la couette !

Une prise de parole dans les prochains jours

La dégradation de la situation sanitaire inquiète de nombreux pays dont la France, Emmanuel Macron suivant son évolution de très près. Le président de la République se dit ainsi « très inquiet », comme le rapporte nos confrères de RTL, le 5 novembre 2021, qui s’appuient sur les confidences d’un ministre. Ainsi, face à un tel constat, celui qui n’excluait pas une action plus ferme envisagerait de nouvelles mesures pour ralentir l’épidémie. Le chef de l’État pourrait même s’adresser aux Français dans les prochains jours, comme il s’était engagé à le faire dans son allocution du 12 juillet 2021. Dans sa ligne de mire figurerait notamment la troisième dose du vaccin qu’il souhaiterait rendre obligatoire pour les personnes les plus fragiles dans un premier temps. En revanche, la vaccination pour les moins de 12 ans, déjà actée aux États-Unis, ne ferait pas du tout l’unanimité auprès de ses conseillers. On tremble déjà, et pas que de froid !

A lire aussi : Covid-19 : bientôt une nouvelle allocution d’Emmanuel Macron face à la reprise épidémique ?

Source: Lire L’Article Complet