« Ensuite, il a distribué les pains » : Emmanuel Macron sans ménagement avec ses ministres

La tête tournée vers 2022, sans être officiellement candidat, Emmanuel Macron sait que ces prochains mois seront déterminants en vue de la présidentielle. Raison pour laquelle il a récemment rappelé à l’ordre certains ministres.

Rien n’est encore gagné. Malgré les bons sondages et les querelles au sein de l’opposition, Emmanuel Macron refuse le moindre relâchement de ses troupes, à moins de huit mois de la présidentielle. Preuve en est ce rappel à l’ordre effectué mercredi, devant ses ministres réunis dans la salle des fêtes de l’Élysée pour la rentrée : agacé par les sorties polémiques de plusieurs membres du gouvernement durant l’été, le chef de l’État s’est permis un recadrage musclé.

Je veux deux cents jours d’action résolue, des actes et de l’humilité. Cent jours pour défendre le bilan, cent jours pour la séquence électorale. Le triptyque c’est : unité, efficacité, collégialité”, a-t-il lancé selon Le Figaro. Avant de hausser le ton :Ensuite, il a distribué les pains, raconte un participant. En cause ? Les propos de Jean-Michel Blanquer sur l’allocation de rentrée scolaire utilisée pour acheter des écrans plats, ou ceux d’Olivier Véran sur son “intérêt” pour les pays ayant légalisé le cannabis. “Ne créez pas de faux problèmes. Ne tombez pas dans tous les pièges. Ne provoquez pas de polémiques entre vous et surtout : évitez de vous tirer des balles dans le pied”, a poursuivi Emmanuel Macron, soucieux d’éviter le moindre faux pas à l’approche de la présidentielle.

Emmanuel Macron reste méfiant en vue de 2022

S’il fait mine de rester éloigner des discussions autour de 2022, laissant ses fidèles attaquer ses futurs adversaires, l’époux de Brigitte Macron est pourtant bien en train de se muer en président-candidat, comme on a pu le voir durant sa rentrée à Marseille ou lors de sa tournée dans tout le pays au début de l’été. “Ce n’est pas parce que les sondages sont bons que c’est gagné, a-t-il même prévenu les ministres, allusion aux enquêtes d’opinion le plaçant toujours au second tour en 2022 face à Marine Le Pen.

Crédits photos : Romain Gaillard/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet